ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Tourisme

Luxair vole toujours vers Lisbonne, en partie confinée



Luxair retrouve peu à peu la confiance des clients, si bien qu’autant de Belges ont réservé des billets qu’à la même période l’année dernière. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Luxair retrouve peu à peu la confiance des clients, si bien qu’autant de Belges ont réservé des billets qu’à la même période l’année dernière. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Les vols vers Lisbonne s’arrêteront si des décisions politiques l’imposent ou si les clients ne veulent plus y aller. Ce qui n’est pas le cas pour le moment, selon Gilles Feith, CEO de Luxair. La compagnie se réjouit du retour des voyageurs et travaille à une meilleure prise en charge des échanges et remboursements.

Après avoir de nouveau interdit les rassemblements de plus de 10 personnes dans certaines zones et instauré un couvre-feu à 20 heures pour les cafés et commerces , le Portugal reconfine 19 quartiers de la banlieue nord à Lisbonne à partir de demain, mercredi 1er juillet. En cause, la persistance de foyers de contagion au coronavirus dans ces zones.

Malgré tout, Luxair ne modifie toujours pas son plan de vol. «Nous regardons la situation tous les jours», déclare Gilles Feith , à la tête du groupe depuis le 1 er juin .

Deux choses pourraient justifier un arrêt des vols vers Lisbonne, ou un autre endroit. D’abord, une décision politique de la part du Portugal, qui fermerait ses frontières, ou du Luxembourg, qui interdirait les vols vers ce pays. Ou alors, une baisse de la demande.

«S’il y a trop d’annulations et qu’on ne peut plus voler en s’assurant un certain revenu, nous allons aussi faire une annulation des vols.» Ce n’est pas le cas pour le moment. La compagnie s’arrangerait de toute façon pour prévenir ses clients au moins deux semaines à l’avance, sauf en cas d’urgence.

Nous regardons la situation tous les jours.
Gilles Feith

Gilles Feith,  CEO,  Luxair

Si un client souhaite annuler sa réservation à cause des restrictions à Lisbonne, il obtiendra le remboursement prévu ou non lors de l’achat de son billet. Si c’était en mai ou en juin, «les billets sont flexibles», assure Gilles Feith.

Retards de remboursements

Entre annulations Covid-19 et échanges de billets, la situation devient tendue, et de nombreux internautes se plaignent sur les réseaux sociaux de délais importants avant d’obtenir leur remboursement.

«Nous faisons tout pour rembourser le plus vite possible tous nos clients», répond le CEO de Luxair. «Dans beaucoup de cas, ils viennent vers nous, mais leur dossier dépend en fait des agences de voyages dans lesquelles ils ont réservé.»

Ceux qui ont choisi l’option voucher au lieu du remboursement rencontrent une autre difficulté: l’impossibilité de faire une nouvelle réservation en ligne. «Elle doit encore se faire par téléphone pour le moment», admet Gilles Feith. «Nous sommes en train de travailler sur un système online», promet-il. «Work in progress.»

Autant de réservations belges que l’année dernière

Ces problèmes techniques ne freinent pas pour autant la reprise de Luxair. «On voit que les gens ont encore envie de voyager. Nos efforts en termes de sécurité sont reconnus.»

De manière générale, le nombre de réservations, non révélé, reste inférieur à celui de l’année dernière sur cette période. Sauf pour les Belges. «Les réservations des Français sont très bonnes aussi. Celles des Luxembourgeois restent en dessous.» Les destinations qui marchent le mieux sont l’Espagne, l’Italie et le Portugal. Pour août, Luxair planifie un été à 70% de celui de 2019.

Et pour aider les clients à se projeter dans les airs, le groupe lancera cette semaine de «nouveaux packages avantageux», après ses vols déjà lancés à partir de 79 euros pour l’automne et l’hiver.