PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fintech

IPo d’Ant Group

Jack Ma mis au tapis par le régulateur chinois



Le milliardaire chinois Jack Ma devra remettre à plus tard ses ambitions de méga IPO. (Photo: Shutterstock)

Le milliardaire chinois Jack Ma devra remettre à plus tard ses ambitions de méga IPO. (Photo: Shutterstock)

Jack Ma a été freiné en dernière minute dans sa course à la plus grande entrée en bourse au monde. Ant Group, qui se préparait à lever 35 milliards de dollars, sera soumise à des règles plus strictes par les gendarmes financiers chinois.

Les marchés financiers de la planète attendaient, pour ce jeudi 5 novembre, l’entrée en bourse à Shanghai et Hong Kong d’Ant Group, la fintech chinoise développée dans la mouvance du groupe de vente en ligne Alibaba. Elle a brutalement été stoppée à 48 heures de sa mise à feu par les autorités boursières chinoises.

L’opération était considérée comme la plus grande IPO de l’histoire avec une levée de fonds de quelque 35 milliards de dollars. Elle devait donc effacer des tablettes la performance de Saudi Aramco , réalisée en décembre 2019 en récoltant 29 milliards de dollars.

Jack Ma convoqué

Mais ce lundi 2 novembre, le fondateur et premier actionnaire d’Ant, le très médiatique Jack Ma, a été convoqué par les autorités de régulation chinoises, de même que d’autres dirigeants du groupe. Ils y ont été avertis d’un nouveau règlement concernant les crédits en ligne, une activité phare d’Ant, au même titre que les paiements en ligne via Alipay.

Coup dur: selon ce nouveau projet de réglementation, la filiale d’Alibaba, dont le QG européen est établi au Luxembourg , sera soumise aux mêmes règles drastiques que les banques en matière de crédit.

Banque ou fintech ?

Ant avait toujours fait attention de se présenter comme une fintech plutôt que comme un groupe financier. Elle devra désormais intégrer dans son bilan un minimum de 30% des prêts consentis au titre de garantie, alors que ce matelas de sécurité n’est aujourd’hui que de 2%.

Selon les analystes, le milliardaire chinois Jack Ma paierait des propos peu élogieux à l’égard des banques d’État chinoises – «une mentalité de prêteur sur gages» – tenus au cours d’un forum à Shanghai le 30 octobre dernier. Selon l’agence Reuters, les régulateurs craignent aussi que le passage par des plateformes technologiques telles qu’Ant pour la souscription de prêts n’augmente les défaillances alors que l’économie du pays est affaiblie par la crise sanitaire.