POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Initiative citoyenne

De Bruxelles à Luxembourg à vélo pour l’EcoScore



Pour sa 10e et dernière étape, les membres du groupe European EcoScore ont été reçus à l’ambassade de Belgique par le consul général Jean-Marie Van Strydonck (à gauche). (Photo: Paperjam)

Pour sa 10e et dernière étape, les membres du groupe European EcoScore ont été reçus à l’ambassade de Belgique par le consul général Jean-Marie Van Strydonck (à gauche). (Photo: Paperjam)

Un groupe de jeunes européens a décidé de promouvoir l’introduction de l’EcoScore en réalisant 550km à vélo. Ils ont été accueillis mercredi par le consul général de Belgique au Luxembourg.

«Faire de ce monde un monde sain», chante en chœur le groupe de cyclistes accueilli mercredi après-midi à l’ambassade de Belgique au Luxembourg. Ils ont rallié Ettelbruck à la capitale à bicyclette, signant la dernière étape d’un parcours de 550km à travers la Belgique et le Luxembourg destiné à promouvoir l’EcoScore via une initiative citoyenne qu’ils ont lancée au début de cet été.

«Tout au long de notre parcours, nous avons rencontré des producteurs locaux, des associations, des représentants officiels. Nous constatons qu’un changement des mentalités est en marche», raconte Antoine Thill, initiateur de ce mouvement qui regroupe une quarantaine de jeunes venus d’un peu partout en Europe. Son objectif? Introduire l’EcoScore sur les emballages alimentaires en Europe. Celui-ci consiste en un référencement de l’impact environnemental qui va de A à E, similaire d’un point de vue graphique au Nutri-Score , mais dont l’objectif est, ici, non pas de souligner la qualité nutritionnelle d’un aliment, mais plutôt son empreinte carbone. 

Objectif: 1 million de signatures

Mais pareille mesure ne peut être décidée qu’au niveau de la Commission européenne. Le groupe a donc lancé une procédure d’initiative citoyenne européenne. Pour être examiné par Bruxelles, le projet devra réunir 1 million de signatures.

Le compteur dépassait, ce jeudi, les 750 signatures , mais le mouvement a jusqu’au 23 juillet 2022 pour les collecter. Le groupe promeut donc son initiative non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi dans l’espace public, où il va directement à la rencontre des citoyens pour leur présenter sa démarche.

Bruxelles, Leefdaal, Hasselt, Hannut, Huy, Chaudfontaine, Spa, Vielsalm, Clervaux, Ettelbruck et Luxembourg ont été autant d’étapes durant lesquelles nouer des contacts et mettre en avant le projet, qui devrait continuer à se développer.

«Nous souhaitons rallier à notre cause des personnes de tous horizons et de tous les pays membres de l’UE», explique Antoine Thill, qui ambitionne de promouvoir l’initiative à travers des équipes nationales indépendantes, des commerces locaux mais aussi des universités et autres institutions académiques dès la rentrée prochaine.

Ce mercredi, le consul général de Belgique au Luxembourg, Jean-Marie Van Strydonck, a reçu et échangé avec le groupe qui a passé une dernière nuit au Grand-Duché avant de rentrer à Bruxelles, cette fois en train.