POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Développement durable

L’agriculture bio prend racine au Luxembourg



Le bio concerne aussi bien l’agriculture que l’élevage. (Photo: Maison Moderne Publishing)

Le bio concerne aussi bien l’agriculture que l’élevage. (Photo: Maison Moderne Publishing)

En un an, la part des surfaces agricoles exploitées en agriculture biologique a augmenté de 7% dans le pays, se félicite le ministre de l’Agriculture, Romain Schneider.

Les surfaces agricoles dédiées à l’agriculture biologique représentent actuellement quelque 5,18% de la surface agricole exploitée nationale, renseigne ce vendredi le ministère de l’Agriculture.

Celui-ci souligne cependant que le bio est sur la pente ascendante au Luxembourg, puisqu’entre 2019 et 2020, les superficies exploitées sous ce mode ont crû de 7,02%.

«L’agriculture biologique est résolument dans l’air du temps et je suis confiant par rapport au fait qu’au cours de la prochaine année culturale, nous verrons que l’augmentation des surfaces agricoles en mode biologique se poursuivra», commente Romain Schneider (LSAP).

Qu’il s’agisse de viande, de fruits, de légumes, de viticulture, de céréales ou d’apiculture, le bio s’étendait sur 6.324 hectares au 1er janvier de cette année, avec 12 exploitations agricoles, représentant 457 hectares, ayant entamé leur conversion vers ce mode.

Quatre ans pour quadrupler les surfaces bio

Le Luxembourg ambitionne d’atteindre 20% des surfaces agricoles exploitées en bio d’ici 2025, selon le plan PAN-Bio 2025 présenté en mars 2020.

Pour soutenir cette ambition, un coordinateur Bio joue les interlocuteurs dans l’agriculture, les fermes de démonstration biologiques proposent des informations pour les professionnels de l’agriculture, tandis que les produits bio font leur arrivée dans les cantines de certaines écoles, de maisons de soins et même du centre pénitentiaire de Givenich.

S’élevant à 4,38 millions d’euros, le budget du PAN-Bio 2025 est appelé à monter à 11,4 millions d’euros à l’horizon 2025. Il prend notamment en charge les frais de certification biologique, les primes bio (dont le montant a été revu à la hausse cette année) et un coach pour accompagner les fermes dans leur transition.

Depuis janvier, le Luxembourg est le premier pays européen à interdire le glyphosate . Le ministre de l’Agriculture ambitionne de voir se développer l’agriculture bio aux côtés de l’agriculture «conventionnelle» dans le cadre de la vision globale Landwirtschaft+. Au total, le pays compte 157 exploitations agricoles bio.