POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Congrès CSV

Frank Engel, candidat à un nouveau mandat présidentiel



Frank Engel, président du CSV depuis janvier 2019, prêt à repartir au combat pour tirer le parti vers le double scrutin de 2023. (Photo: Matic Zorman/archives)

Frank Engel, président du CSV depuis janvier 2019, prêt à repartir au combat pour tirer le parti vers le double scrutin de 2023. (Photo: Matic Zorman/archives)

Le président du CSV, Frank Engel, vient de se déclarer candidat à la présidence du parti, qui se jouera lors d’un congrès en avril prochain. Il a dévoilé son programme dans un document de 20 pages.

Frank Engel s’est déclaré candidat à sa propre succession à la présidence du CSV. Dans un document de 20 pages, que RTL a pu consulter, il dévoile ce qui serait la base de son programme en cas de réélection.

Le principal parti d’opposition doit tenir un congrès dans six semaines pour renouveler la présidence du parti et l’ensemble de ses cadres pour la période 2021-2023. Jusqu’ici, beaucoup s’étonnaient de n’avoir vu aucun candidat se déclarer ouvertement à la succession de Frank Engel.

Élu une première fois en janvier 2019 , l’ancien député européen entame donc lui-même les hostilités. Dans son document, il dévoile donc ses pistes pour relancer le parti qui a perdu le pouvoir depuis 2013.

Visiblement, Frank Engel veut revenir à la base et «rendre le parti aux membres». Selon RTL toujours, il propose aussi la création d’un «conseil de citoyens», une manière de rendre la démocratie plus proche des citoyens, et l’instauration d’un service civil national.

Sans faire de proposition fiscale concrète, il propose toutefois de revoir le niveau des dépenses de l’État et évoque la suppression du cumul des mandats politiques.

Tirer les leçons de la crise

Enfin, tirant les leçons d’une année de crise sanitaire, il entend revoir complètement le système de santé, lance l’idée de l’établissement d’une loi pandémie, plutôt qu’un vote au coup par coup au Parlement, voire de la création d’un centre de pédopsychiatrie pour enfants et adolescents.

Il veut également mettre ne place des dispositifs de soutien aux entreprises en difficulté.

Le président a donc ouvert les vannes. Contesté à l’intérieur de son parti, notamment pour sa prise de position en faveur de la restauration d’un impôt sur la fortune à l’été 2020, il devrait voir surgir prochainement d’autres ténors du parti se positionner pour lui barrer la route.

Les deux années qui viennent seront en tout cas délicates à gérer pour le parti, alors que se profile en 2023 un double scrutin, législatif et communal.