PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Private Equity

Étude PwC Luxembourg

L’ESG dope la croissance du private market européen



L’ESG continue de réinventer le paysage des marchés privés européens à un rythme et une ampleur inégalés depuis la ratification de l’AIFMD en 2011, selon les experts de PwC Luxembourg. (Photo: Shutterstock)

L’ESG continue de réinventer le paysage des marchés privés européens à un rythme et une ampleur inégalés depuis la ratification de l’AIFMD en 2011, selon les experts de PwC Luxembourg. (Photo: Shutterstock)

Les fonds ESG de marché privés (private market) devraient peser pour 1.200 milliards d’euros d’ici 2025 et représenter entre 27,2% et 42,4% du total des actifs de private equity européens, selon les projections de l’étude «EU private market: ESG reboot» menée par PwC Luxembourg.

C’est une progression en flèche que prévoient les experts de PwC Luxembourg. Une progression portée par les nouvelles réglementations vertes et le boom de la demande en matière d’investissement durable. En 2020, les actifs ESG (pour environnemental, social et de gouvernance) représentaient 14,8% de l’ensemble des actifs du secteur du private market en Europe, soit 253 milliards d’euros. D’ici 2025, ils devraient représenter jusqu’à deux cinquièmes des actifs du secteur.

Cette «explosion» fera que l’Europe représentera à elle seule entre 31% et 35,9% des actifs mondiaux du marché privé ESG, ce qui positionnera la région au sommet du paysage ESG mondial. «L’ampleur même de la prédominance de l’Europe dans ce domaine verra l’influence de la région transcender les frontières physiques et se répandre dans le monde entier», estime le rapport.

Le changement de comportement des investisseurs – qu’il soit le fruit d’une volonté de mise en conformité vis-à-vis des réglementations ou d’un engagement philosophique – est le moteur de cette progression. 100% des investisseurs sondés pour l’étude qui n’investissent pas dans des fonds ESG de private market prévoient de le faire dans les 24 mois à venir. 63% des investisseurs déjà impliqués prévoient d’augmenter leur allocation aux fonds ESG dans le même laps de temps, plus de la moitié d’entre eux visant des augmentations comprises entre 10 et 20%.

Les actifs «réels» aux avant-postes

Dans le détail, la mise en application de la philosophie d’investissement ESG reste encore différente dans les quatre classes d’actifs du private market, à savoir le capital-investissement, l’immobilier, les infrastructures et la dette privée.

Les actifs «réels» sont aux avant-postes de cette envolée: les actifs ESG devraient peser pour 33,7% des investissements opérés dans l’immobilier – soit 153,2 milliards – et 40,6% des investissements réalisés dans les infrastructures – soit 251,6 milliards. Ces proportions sont de 21,3% dans la dette privée et de 20,7% dans le capital-investissement, à respectivement 78,8 milliards et 292 milliards.

La croissance devrait être principalement alimentée par la création de nouveaux fonds plutôt que par des produits plus anciens remaniés pour investir de manière durable. Dans son meilleur scénario, celui où les actifs des fonds ESG des marchés privés atteindraient 1,2 milliard d’euros, PwC Luxembourg prévoit que les trois quarts de cette somme proviendraient du lancement de nouveaux fonds.

Olivier Carré , financial services market leader & sustainability sponsor chez PwC Luxembourg, se dit «optimiste» quant aux perspectives de croissance. «Nous pensons que l’ESG entraînera un redémarrage structurel de l’industrie. Nous sommes fermement convaincus que les general partners dotés de solides compétences et d’une orientation ESG obtiendront non seulement de meilleures performances d’investissement, mais aussi une plus grande reconnaissance des actionnaires et des parties prenantes.»