POLITIQUE & INSTITUTIONS — Justice

après le rapport waringo

Une enquête ouverte sur des soupçons de violence à la Cour



305142.png

Les discussions autour du rapport Waringo font ressurgir des soupçons de faits de violence que la justice se doit de considérer. (Photo: LCTO)

Le Parquet de Luxembourg a indiqué mardi s’être saisi des allégations de violence physique évoquées lors d’une émission de radio.

Les investigations de Jeannot Waringo au cœur de la Cour ont donné lieu à un rapport circonstancié de l’ambiance délétère qui règne autour de la famille grand-ducale. Le haut fonctionnaire énumère surtout une liste de propositions vouées à réformer le fonctionnement de la Cour, et surtout à clarifier ce qui relève des obligations de chef d’État et ce qui relève de ses activités privées.

Elles ont aussi délié les langues, puisque des événements connus de certains ont ressurgi à la surface. L’émission Presseclub de RTL Radio Lëtzebuerg du dimanche 2 février a ainsi permis d’évoquer des faits de violence physique présumés qui se seraient produits à la Cour, selon notre confrère Pol Schock du d’Lëtzebuerger Land.

Des allégations que la justice ne laissera pas invérifiées. «Le Parquet de Luxembourg a ouvert une enquête préliminaire dans le contexte des déclarations qui ont été faites lors de l’émission RTL Presseclub en date du 2 février 2020, où il a été question de violence physique à la Cour grand-ducale», indique le ministère public dans un communiqué, mardi après-midi. «Le service de police judiciaire a été requis de procéder à certains devoirs d’investigation. Le Parquet de Luxembourg attendra les conclusions de l’enquête pour décider des suites éventuelles.»