POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Interview aux lecteurs du Parisien

Emmanuel Macron veut «emmerder» les non-vaccinés



Les débats sur le pass vaccinal ont été suspendus après les propos du président de la République sur les non-vaccinés. (Photo: Shutterstock)

Les débats sur le pass vaccinal ont été suspendus après les propos du président de la République sur les non-vaccinés. (Photo: Shutterstock)

Le président de la République français s’est lâché face aux lecteurs du journal «Le Parisien». Emmanuel Macron assume sa stratégie qui consiste à «emmerder» les non-vaccinés, sans pour autant passer par une obligation.

Le président français assume sa stratégie. Dans un entretien où il répondait à des lecteurs du quotidien «Le Parisien», Emmanuel Macron a déclaré: «Je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout.»

Il parle d’une «toute petite minorité» de réfractaires puisque le taux de vaccination aurait atteint les 90% en France, selon lui. Le site Our World in Data affiche de son côté que 73,36% de sa population était totalement vaccinée au 2 janvier 2022. Il qualifie ceux choisissant la liberté individuelle à la protection collective d’«irresponsables». La pression se concentre donc sur ces derniers en «limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale. Il faut leur dire: à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné…» La France compte en effet remplacer son pass sanitaire par un pass vaccinal, soit un passage du 3G (vacciné, testé ou guéri) au 2G (vacciné ou guéri).

Des propos qui font réagir

Le projet de loi le permettant est justement en discussion à l’Assemblée nationale depuis lundi après-midi. Suspendus le premier soir, les débats l’ont été de nouveau dans la soirée de mardi 4 janvier, à la suite des propos d’Emmanuel Macron face aux lecteurs du «Parisien». L’un des députés aurait notamment déclaré qu’un «président ne devrait pas dire ça» selon le site d’informations France Info. Sur les réseaux sociaux aussi, l’opposition a vivement réagi à ces propos. 

Contrairement au Luxembourg , la France ne semble cependant pas prendre la voie de l’obligation vaccinale pour l’instant. «Si demain je dis ‘pour tous les adultes, il faut être vacciné’. Comment on le contrôle et quelle est la sanction? C’est ça, le vrai sujet. Je vais forcer des gens à aller se faire vacciner? Les emprisonner et puis les vacciner?» Emmanuel Macron a également exclu un tri entre les vaccinés et les non-vaccinés dans les services de soins Covid.