ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Restructuration

Échec des négociations du plan social chez RTL Group



La restructuration de RTL Group ébranle le principal média audiovisuel du Grand-Duché. (Photo: Paperjam / Archives)

La restructuration de RTL Group ébranle le principal média audiovisuel du Grand-Duché. (Photo: Paperjam / Archives)

Aucun accord n’a pu être trouvé entre la direction et les représentants du personnel à l’expiration du délai légal, mardi soir.

Les huit séances de négociations en deux semaines n’auront pas suffi à dessiner les contours du premier plan social concernant la société audiovisuelle siégeant à Luxembourg.

«Nous regrettons de ne pas avoir pu atteindre un accord avec la délégation du personnel et les syndicats sur un plan social pour les employés de RTL Group SA», indique la direction dans une déclaration transmise à la presse. «Nous avons informé nos employés à propos des prochaines étapes de la procédure et de la dernière proposition de RTL Group pour le plan social que nous jugeons très équitable.»

L’OGBL indique que «la partie patronale a quitté la table des négociations avant expiration du délai, signifiant l’échec des négociations». En réalité, les partenaires sociaux se sont quittés au moment où il était certain qu’aucun accord ne serait possible à ce stade, d’après les informations de Paperjam.

La «générosité» de la direction remise en question

Au cœur des débats: le plan social qui doit accompagner la restructuration du groupe annoncée fin août , comprenant la suppression de 50 emplois et le transfert de 44 autres à Cologne. Un plan social qui passe mal auprès des salariés comme des syndicats, alors que le groupe a enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 4,2% au premier semestre 2019  pour atteindre un niveau record de 3,2 milliards d’euros.

«Les représentants du personnel ont exigé entre autres que les indemnisations prennent en compte les gains records du premier semestre qui ont atteint 443 millions d’euros», indique l’OGBL. «Contrairement aux propos officiels du CEO, Thomas Rabe , qui prétendait se montrer généreux envers les collaborateurs licenciés, la direction a refusé toute générosité durant les négociations et s’est fondée sur les ‘pratiques usuelles du marché’.»

Rendez-vous devant l’Office national de la conciliation

L’incapacité des partenaires sociaux à s’entendre porte le dossier devant l’Office national de conciliation qui doit présider à une nouvelle ronde de discussions. La direction indique «rester sur la même ligne depuis le départ: nous visons un dialogue constructif et une solution de transition qui reconnaîtra les contributions significatives de nos employés au succès de RTL Group sur de nombreuses années – et qui offre de la clarté à tous les employés concernés dès que possible».

L’OGBL déclare qu’il «ne signera aucun ‘mauvais’ plan social et exige que la direction de RTL Group, et en particulier de la société Bertelsmann, applique dans les faits la générosité maintes fois annoncée».

Ce plan social intervient deux ans et demi après la reconduction, le 31 mars 2017, de l’accord de concession liant RTL Group, CLT-UFA et Bertelsmann à l’État luxembourgeois. Une convention dont une annexe secrète garantissait l’ancrage du siège de la société au Grand-Duché, notamment par le maintien d’une «majorité» d’employés au Luxembourg. Un détail que l’OGBL ne manque pas de rappeler afin d’interpeller le gouvernement sur un plan social qui risque de faire de RTL Group une «coquille vide».