POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Avocats

Dans les coulisses du congrès de l’UIA



287331.jpg

Le congrès de l'UIA a marqué l'automne luxembourgeois. (de g. à d.) le bâtonnier Me François Kremer,   Me Pierre Thielen , Me François Prum , Me Clara Mara-Marhuenda, Me Laura Arpetti , Me Henri Dupong , Me Anne Prum , Me Beatriz Garcia , Me Claude Wassenich , Me Donald Venkatapen , Me Alain Grosjean, Me François Moyse, M e Anne Paul , le p résident sortant de l’UIA Me Issouf Baadhio. E n arrière-plan, Jorge Marti Moreno, v ice-Président de l’UIA ,  Pedro Pais de Almeida, représentant de l' UIA auprès des organisations internationales  et  le nouveau p résident de l’UIA Jerome Roth . (Photo:  UIA-www.uianet.org )

Le congrès de l’UIA se tenait du 6 au 10 novembre à Luxembourg, réunissant plus d’un millier d’avocats du monde entier. Clara Mara-Marhuenda, présidente du comité national luxembourgeois de l’UIA et partner chez Arendt & Medernach, nous a livré ses impressions.

O comme organisateur

«Le Luxembourg est l’un des membres fondateurs de l’UIA», rappelle Me Mara-Marhuenda . Le bâtonnier Me Robert Brasseur avait d’ailleurs présidé l’UIA en 1929-1930 et accueilli le congrès annuel de l’association en 1931. Me Ernest Arendt, bâtonnier en 1976-1978, avait présidé l’UIA en 1981 et 1983 et organisé le congrès en 1983.

Le comité luxembourgeois compte aujourd’hui 55 membres. «Le nouveau président de l’UIA, Jerome Roth, a rappelé que les comités nationaux sont les premières pierres de l’édifice de l’UIA. Il les a enjoints de transmettre les idées et valeurs de l’UIA, d’attirer de nouveaux membres (avocats ou études), de développer la formation professionnelle et les réseaux. Le comité luxembourgeois est déjà très engagé à ce titre à travers nos événements, et veille à laisser de la place pour toutes les études, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, afin de favoriser l’initiative.»

E comme État de droit 

«C’est la préoccupation centrale de l’UIA, et elle est intervenue de manière récurrente tout au long du congrès», note Me Mara-Marhuenda. Notamment au fil du discours du président du congrès, Me François Prum , lors de la cérémonie d’ouverture à la Philharmonie. «Il a rappelé que le monde avait beaucoup changé depuis 1983», date du dernier congrès au Grand-Duché, «et le Luxembourg en particulier puisqu’il compte plus de 3.000 avocats contre 300 en 1983».

Et si «les avocats ont su s’adapter et trouver leur place sur un marché international largement orienté sur la finance, ils ne sont pas seulement tournés vers le monde des affaires . L’avocat est tout naturellement le confident nécessaire de son client et est souvent amené à faire preuve d’un grand engagement personnel et d’humanisme», a-t-il encore estimé. D’où les thématiques choisies pour le congrès à Luxembourg: innovation et droit d’un côté, entreprises et droits de l’Homme de l’autre.

Le prix de l’État de droit UIA LexisNexis a d’ailleurs été remis à l’avocat français Bertrand Favreau, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats de Bordeaux et président-fondateur de l’Institut des droits de l’Homme des avocats européens (IDHAE), fondé à Luxembourg, qui défend «les avocats sacrifiés», empêchés d’exercer leur profession. «J’ai été marquée par son allocution, dans laquelle il disait que l’État de droit est l’idée qui pourra nous rapprocher dans le futur», relate Me Mara-Marhuenda.

Les discussions sur les institutions européennes ont beaucoup inspiré nos confrères africains, très intéressés par le fonctionnement de l’UE.
Clara Mara-Marhuenda

Clara Mara-Marhuenda,  présidente,  comité national de l’UIA

I comme innovation

«L’innovation et le droit représentent un sujet fondamental tant pour les avocats que pour les différents acteurs économiques afin qu’ils puissent opérer dans un cadre légal, en toute sécurité juridique», retient Me Mara-Marhuenda, qui évoque notamment le panel sur les legaltech , «aujourd’hui incontournables et irrésistibles». «Il a été dit que la question se posait de savoir si un avocat pouvait raisonnablement se permettre de s’en passer. Le panel a conclu sur l’idée que l’avocat ne va pas être remplacé par un robot, mais plutôt devenir un ‘avocat augmenté’ – il faut s’en réjouir, car l’avocat est l’un des garants de l’État de droit.»

U comme UE

«La session spéciale dédiée aux institutions de l’UE a donné lieu aux interventions magistrales des juges de la CJUE François Biltgen et Marc Jaeger et de la députée et ancienne commissaire européenne Viviane Reding », se félicite Me Mara-Marhuenda. «Ces discussions ont beaucoup inspiré nos confrères africains, très intéressés par le fonctionnement de l’UE. Il a aussi été question des raisons pour lesquelles le Royaume-Uni quitte l’UE, des erreurs à éviter à l’avenir… Le Premier ministre Xavier Bettel a rappelé dans son discours d’ouverture que l’UE était à la base un projet de paix et de droits.»

La session consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes était extrêmement remplie d’émotion.
Clara Mara-Marhuenda

Clara Mara-Marhuenda,  présidente du comité national de l’UIA

P comme porte-voix

«L’assemblée générale de l’UIA a permis à Juan Carlos Esquivel Favaretto, de l’Association interaméricaine des barreaux (IABA), d’évoquer l’embrasement en Amérique centrale et du Sud. Il a conclu ainsi: ‘L’UIA nous aide à unir nos voix pour parler plus fort. Il nous faut travailler ensemble.’ C’est vrai pour la défense de la profession d’avocat, mais aussi dans tous les domaines, notamment celui du changement climatique.»

E comme émotion

«La session consacrée à la lutte contre les violences faites aux femmes était extrêmement remplie d’émotion. Nous avons pu découvrir la réalité du travail des avocats confrontés aux violences physiques ou psychiques à l’égard de femmes et d’enfants», témoigne Me Mara-Marhuenda, qui souligne la justesse de l’image utilisée par Lydie Polfer , bourgmestre de Luxembourg: «Votre travail relève parfois du mythe de Sisyphe: jamais accompli et toujours à recommencer.»

«La session s’est conclue sur la nécessité de travailler ensemble. La présidente du Conseil national des barreaux français, Christiane Féral-Schuhl, a expliqué qu’elle avait programmé la diffusion le 25 novembre prochain dans toutes les écoles d’avocats du film ‘Jusqu’à la garde’ (de Xavier Legrand, ndlr) et convié des magistrats, des policiers, des experts médicaux et des médecins à les rejoindre. C’est un thème qui doit être abordé de manière collective.»

T comme tourisme

Le comité national et le prestataire Destination Plus avaient concocté un programme alléchant pour les personnes accompagnant les congressistes, de la ville haute aux institutions européennes en passant par le plateau de Kirchberg et les casemates. Pour finir en beauté, le dimanche, avec une excursion à la Moselle. «L’ancien ministre Robert Goebbels a raconté de manière concrète et passionnée la signature des accords de Schengen», se réjouit Me Mara-Marhuenda. Avant une visite du château lorrain de Malbrouck et une escale gastronomique.

G comme Guadalajara

Le prochain congrès annuel de l’UIA se tiendra en novembre 2020 au Mexique, et le suivant à Dakar (Sénégal). Le comité national luxembourgeois donne d’ici là rendez-vous à ses membres et incite «les avocats et leurs études, les magistrats, les enseignants et les étudiants en droit et les autres professionnels du droit à le rejoindre, en devenant membres de l’UIA, afin de poursuivre le travail engagé dans une ambiance collégiale et amicale».