ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Graphène

Daikin, le plus «petit» des trois nouveaux investissements dans Ocsial



Petit à petit, Ocsial se prépare à lancer sa ligne de production et son centre de développement de nanotechnologies à Differdange, en 2024. (Photo: Ocsial)

Petit à petit, Ocsial se prépare à lancer sa ligne de production et son centre de développement de nanotechnologies à Differdange, en 2024. (Photo: Ocsial)

Le plus grand fabricant au monde de nanotubes de graphène, Ocsial, annonce dans un communiqué que le géant japonais Daikin est entré à son capital avec 4 millions de dollars. Mais ne parle pas des deux autres investisseurs, russes, qui y ont injecté 15 fois plus.

De nombreux industriels s’en contenteraient: le géant japonais Daikin, leader mondial des systèmes de climatisation à usage résidentiel, commercial et industriel, qui entre dans le capital de votre société est une bonne nouvelle. En quelques années, le Technology and Innovation Center CVC de ce poids lourd, au chiffre d’affaires dépassant les 24 milliards de dollars, a déjà investi plus de 30 millions de dollars dans 10 start-up.

Après trois ans de collaboration dans le développement de ces technologies, Ocsial, entreprise basée à Luxembourg, et la japonaise sont «déterminées à conjointement développer des matériaux de haute performance et à créer de nouveaux marchés». Un nouvel accord de coopération doit permettre de développer, produire et commercialiser des solutions de nanotubes de graphène pour les batteries lithium-ion de nouvelle génération et les polymères fluorés.

L’accord, dit encore le communiqué, valorise Ocsial à 2 milliards de dollars. Ce qu’il ne dit pas, c’est que les Japonais ont pris 378 parts sociales pour 10.586 dollars… et injecté 4 millions de dollars dans le compte prime d’émission.

Ce dont il ne parle pas non plus, c’est que ce montant, important pour l’image de marque de ce nouvel acteur industriel luxembourgeois qui doit lancer la plus grande installation de synthèse de nanotubes de graphène au monde et un centre de nanotechnologies appliquées en 2024 à Differdange, soit 325 emplois, a enregistré deux autres augmentations de capital avant et après celle de Daikin.

La première pour l’homme d’affaires russe Pavel Shishkin, qui, après une belle carrière de volleyeur, avait commencé par ouvrir des restaurants à Moscou avant de se lancer dans l’immobilier avec Tactics Group. Il a acheté 1.094 parts sociales et placé 10 millions d’euros dans le compte prime d’émission, contre 50 millions pour le second personnage, russe également, Renat Fatkhullin, à la tête de MetaQuotes Software, qui se présente comme l’«éditeur de logiciel leader dans les applications logicielles pour les marchés financiers». Ce dernier a pris près de 5.500 parts.