ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

développement

La société luxembourgeoise OCSiAl met un pied en Chine



OCSiAl ouvre un centre de support technique à Shanghai, qui disposera d’une douzaine de laboratoires.  (Photo: OCSiAl)

OCSiAl ouvre un centre de support technique à Shanghai, qui disposera d’une douzaine de laboratoires. (Photo: OCSiAl)

La société OCSiAl, qui fabrique des nanotubes en graphène, installe un centre de support technique en Chine. Et prévoit l’ouverture d’un centre dédié à la nanotechnologie appliquée à Differdange en 2023.

OCSiAl, le plus grand fabricant mondial de nanotubes en graphène (distribués sous la marque Tuball), est luxembourgeois. Et il annonce le 19 décembre son implantation en Chine, où il ouvre un centre de support technique à Shanghai, qui disposera d’une douzaine de laboratoires.

Il s’agit de son deuxième centre de ce type, après celui de Novossibirsk (Russie).

La société travaillera sur des produits innovants, en particulier le concentré de nanotubes qui peut être utilisé dans les équipements sportifs légers (notamment les jantes et cadres de bicyclettes, les casques, les raquettes de baseball, de hockey et de tennis).

OCSiAl a son siège social à Leudelange  et prévoit d’ouvrir un centre dédié à la nanotechnologie appliquée à Differdange en 2023. Un projet prévu à l’origine pour 2020, qui pourra créer jusqu’à 200 emplois «pour des scientifiques et des ingénieurs hautement qualifiés», précise la société dans un communiqué.

La société est par ailleurs représentée aux États-Unis, en Corée, à Hong Kong, au Japon, en Malaisie, en Israël et en Inde.

Les nanotubes conducteurs ultrarésistants sont aujourd’hui utilisés dans différents secteurs (aérospatiale, automobile, construction, mines, électronique, transports…), et peuvent également permettre d’améliorer l’efficacité énergétique.