PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Assurances

Marc Hengen (Aca)

«Le comportement des clients va probablement changer»



Marc Hengen, administrateur délégué de l’Aca, fait un premier bilan de la crise liée au Covid-19. (Photo: Archives Paperjam)

Marc Hengen, administrateur délégué de l’Aca, fait un premier bilan de la crise liée au Covid-19. (Photo: Archives Paperjam)

L’administrateur délégué de l’Aca (Association des compagnies d’assurances et de réassurances) fait un premier bilan des derniers mois pour le secteur de l’assurance. Il espère que les prochains mois ne seront pas synonymes de protectionnisme et de surrégulation.

Quel premier bilan tirez-vous de cette crise pour le secteur de l’assurance?

Marc Hengen . – «La crise n’est pas terminée, et ses premiers enseignements pourront être tirés seulement dans plusieurs mois.

Le début de la crise s’est accompagné d’une crise boursière, qui a porté un coup dur aux actifs des compagnies et de leurs clients.

Quels enseignements tirez-vous du télétravail?

«Même en télétravail, les assureurs ont continué à servir leurs clients. La continuité des services a été aussi surprenante qu’efficace. Il s’agissait pourtant d’une manière de travailler nouvelle pour beaucoup de personnes, en particulier le fait de tenir des réunions en visio.

La signature électronique et la déclaration de sinistre de manière dématérialisée étaient déjà largement utilisées par les assureurs, et ont permis de continuer le travail pendant la crise.

Dans le même temps, pendant la période de confinement, le nombre de nouvelles affaires s’est fortement réduit, ce qui a aussi facilité le travail à distance.

Les compagnies réfléchissent maintenant pour savoir quelles fonctions organiser différemment à l’avenir avec le télétravail.

Le secteur de l’assurance est-il exposé à un risque d’atteinte à sa réputation?

«Au Luxembourg, la pandémie n’est ni assurée ni assurable . Dans d’autres pays, des discussions et des contestations ont en effet eu lieu, mettant en cause des assureurs, mais ce n’est pas le cas au Luxembourg.

Nous mettons maintenant notre savoir-faire à disposition du gouvernement pour mieux appréhender d’éventuelles pandémies à l’avenir. La discussion est également ouverte au niveau européen. L’Aca y participe en tant que membre d’Insurance Europe.

Nous suivons maintenant de près la poursuite des projets européens, en espérant qu’il n’y ait ni réaction protectionniste ni surrégulation.
Marc Hengen

Marc Hengen,  administrateur délégué,  Aca

Quelles évolutions anticipez-vous à moyen et long terme pour le secteur de l’assurance luxembourgeoise?

«Le comportement des clients va probablement changer, car ils se sont habitués à un contact à distance plus systématique.

Nous avons observé que les décisions opérationnelles et politiques pouvaient être prises très rapidement dans des circonstances exceptionnelles, ce que nous saluons. Cela a par exemple été le cas pour le report de certaines obligations (report de consultations, de la révision de Solvabilité 2…).

Le Luxembourg est une Place tournée vers l’Europe: nous suivons donc maintenant de près la poursuite des projets européens, en espérant qu’il n’y ait ni réaction protectionniste ni surrégulation».