POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Pandémie

3.200 demandes de chômage partiel, «un défi énorme»



Pour faire face au manque de main d’œuvre du fait de personnel souffrant ou en congés pour raisons familiales, la CLC et l’Adem vont mettre en place un système de prêt temporaire de main d’œuvre. (Photo: Matic Zorman / Archives)

Pour faire face au manque de main d’œuvre du fait de personnel souffrant ou en congés pour raisons familiales, la CLC et l’Adem vont mettre en place un système de prêt temporaire de main d’œuvre. (Photo: Matic Zorman / Archives)

Le ministre du Travail a recensé 3.200 demandes de chômage partiel de la part des entreprises. Il annonce notamment une simplification des procédures.

«Nous essayons de trouver des solutions à tous les problèmes, avec les représentants des employeurs et des syndicats», affirmait jeudi 19 mars Romain Schneider , ministre de la Sécurité sociale, lors d’une conférence de presse conjointe avec Dan Kersch , Vice-Premier ministre, et ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire.

Les efforts portent en particulier sur trois problématiques: le télétravail , les congés pour raisons familiales et le chômage partiel.

Dan Kersch relève ainsi que 3.200 entreprises ont déjà fait des demandes de chômage partiel, qui est possible pour tous les secteurs d’activité: «C’est un défi énorme!».

Pour les fermetures d’entreprises qui font suite à des décisions gouvernementales, comme les  secteurs de la restauration , du commerce ou de la construction , une procédure simplifiée et digitalisée est en cours d’élaboration.

Autre mesure, pour les entreprises qui ne font pas l’objet d’obligation de cessation d’activité, mais qui seraient en difficulté: elles seront dédommagées des pertes subies de manière rétroactives au 16 mars.

Enfin, de nouvelles mesures en matière de cotisations sociales ont été prises (voir ci-dessous).

Prêt de main d’œuvre

Au final, Dan Kersch précise: «En 2019, nous avons payé 5,5 millions d’euros au titre du chômage partiel. Dans le budget 2020, nous avions prévu 11 millions d’euros. Mais les mesures à venir vont faire exploser ce budget, c’est certain. Rien que pour le secteur de la construction mis à l’arrêt pour assurer le confinement, le chômage partiel pourrait bien dépasser les 150 millions d’euros à lui seul».

Et pour faire face au manque de main d’œuvre du fait de personnel souffrant ou en congés pour raisons familiales, la CLC (Confédération luxembourgeoise du commerce) et l’Adem (Agence pour le développement de l’emploi) vont mettre en place un système de prêt temporaire de main d’œuvre.

Les ministres ont par ailleurs annoncé la tenue d’une tripartite mardi 24 mars: représentants du gouvernement, des syndicats et du patronat se retrouveront ce jour-là en visioconférence.

Le Centre commun de la sécurité sociale (CCSS) mettra en place les mesures temporaires suivantes à partir du 1er avril 2020:

-Suspension du calcul des intérêts moratoires pour les retards de paiements;

-Suspension de la mise en procédure de recouvrement forcé des cotisations;

-Suspension de l’exécution de contraintes par voie d’huissier de justice;

-Suspension des amendes à prononcer à l’encontre d’employeurs présentant des retards en matière des déclarations à effectuer auprès du CCSS.