POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Covid-19

Le CHDN face à «une situation de plus en plus aiguë»



Avec quatre lits occupés sur un total de 33, les Hôpitaux Robert Schuman assurent que la situation est tendue, mais gérable. Ce qui ne semble pas être le cas dans le nord du pays.  (Photo: Nader Ghavami/archives)

Avec quatre lits occupés sur un total de 33, les Hôpitaux Robert Schuman assurent que la situation est tendue, mais gérable. Ce qui ne semble pas être le cas dans le nord du pays.  (Photo: Nader Ghavami/archives)

Sur le front sanitaire, le Centre hospitalier du Nord se dit à la limite de ses capacités. Face à la pandémie de Covid-19, les Hôpitaux Robert Schuman décrivent, eux, une situation tendue, mais gérable.

(article mis à jour à 17h33 ce mardi, avec les précisions du CHDN et les derniers chiffres des hospitalisations au Luxembourg)

Le Luxembourg fait face à la quatrième vague  de la pandémie, qui connaît une recrudescence en Europe. Au Grand-Duché, on dénombrait 43 patients, dont 14 en soins intensifs, selon le dernier bilan quotidien fourni par le ministère de la Santé, mardi 9 novembre. C’est 23 de plus qu’un mois plus tôt.

Plus petit hôpital du Luxembourg, le Centre hospitalier du Nord (CHDN) affirme désormais être à la limite de ses capacités pour maintenir les opérations normales: 12 des 16 lits de soins intensifs sont en effet occupés selon l’hôpital. «Nous sommes confrontés à une situation qui devient de plus en plus aiguë. Jusqu’à présent, nous pouvons respecter la programmation des interventions chirurgicales par exemple, mais imaginons une hausse importante de cas et par la suite d’hospitalisations en réa, il serait évidemment probable que nous serions obligés d’adapter le mode de fonctionnement de l’hôpital et de procéder, comme nous l’avions fait en 2020, à des annulations et des reports d’interventions non urgentes», souligne Anja Di Bartolomeo, responsable de la communication de la structure hospitalière.

Anja Di Bartolomeo souligne par ailleurs que «chaque patient atteint du Covid requiert un panel de soins important, des ressources de soins. Pour l’instant, on fonctionne normalement mais, vu la hausse des infections, cela peut changer rapidement. Ce qui nous obligera à adapter le fonctionnement de l’hôpital. Il nous tient à cœur d’offrir la meilleure prise en charge à chaque patient. Pour cela, nous espérons fortement qu’il restera possible de garantir la programmation normale et de pas devoir faire recours à des démarches qui impacteront le confort des patients et de leurs familles».

C’est avec le support de chacun que nous pouvons éviter que les soins intensifs atteignent de nouveau leur limite.

Anja Di Bartolomeo,  responsable de la communication,  CHDN

Une situation qui pousse le CHDN à passer un message au grand public afin d’aider indirectement les services hospitaliers. «Nous aimerions faire un appel dans ce contexte au grand public, pour nous aider à gérer la situation tout en assurant la continuité de notre fonctionnement normal. Nos équipes ont été fortement sollicitées les derniers mois. Ils ont dû faire face à une charge de travail et émotionnelle énorme. C’est avec le support de chacun que nous pouvons éviter que les soins intensifs atteignent de nouveau leur limite. Outre le vaccin, nous recommandons à tous de continuer, même vacciné, à respecter les gestes barrières et les mesures d’hygiène, et de se faire tester régulièrement, surtout en cas de symptômes. Il est important de rappeler que le virus peut se transmettre même si on est vacciné. Donc, appel à la vigilance et à la solidarité de la part du CHDN.»

Ce discours rejoint  la stratégie du gouvernement, qui mise sur la vaccination  afin de protéger les capacités hospitalières du pays.

La vigilance de mise aux HRS

Dans les autres hôpitaux du Luxembourg, la situation semble moins préoccupante, notamment aux Hôpitaux Robert Schuman (HRS), qui possèdent 33 lits en soins intensifs, dont quatre étaient occupés au moment de la rédaction de l’article. Au total, l’hôpital soigne sept patients atteints du Covid-19.

Interrogés sur leur capacité à ouvrir de nouveaux lits si la situation l’exigeait, les HRS répondent par l’affirmative sans donner de détails chiffrés. «La situation est tendue, mais elle reste tout à fait gérable», indiquent-ils. Toutefois, ils précisent que «le manque de personnel qualifié en cas de cluster en interne et le non-financement par la CNS» pourraient mettre la structure en difficulté si la situation sanitaire devait s’aggraver.

Face à la hausse des chiffres sur le front sanitaire, la direction des HRS se dit «optimiste, mais en alerte», avant d’insister sur la nécessité de voir le taux de vaccination augmenter dans les prochains jours.

Le Chem et le CHL n’ont pas encore répondu à nos sollicitations.