PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Investissement

La Bourse de Luxembourg prend 10% de la start-up Origin



Le CEO de la Bourse de Luxembourg, Robert Scharfe, sonnera la cloche ce mercredi pour marquer une nouvelle avancée pour l’institution financière. (Photo: Matic Zorman/archives)

Le CEO de la Bourse de Luxembourg, Robert Scharfe, sonnera la cloche ce mercredi pour marquer une nouvelle avancée pour l’institution financière. (Photo: Matic Zorman/archives)

La Bourse de Luxembourg a pris une participation de 10% dans la start-up britannique Origin. Sa présence sur la plate-forme mettant en lien émetteurs et investisseurs devrait attirer de nouveaux candidats à la cotation.

Ce mercredi midi, le management de la Bourse de Luxembourg fera résonner la cloche pour marquer symboliquement son entrée dans le capital de la start-up britannique Origin.

L’institution luxembourgeoise a en effet pris une participation de 10% dans la jeune fintech, qui a développé une plate-forme digitale pour simplifier les relations entre émetteurs de dette et investisseurs.

«C’est un investissement qui s’inscrit dans la stratégie digitale de la Bourse de Luxembourg, initiée il y a près de trois ans et qui vise à simplifier la cotation d’instruments financiers», explique Pierre Schoonbroodt , chief financial officer. Ce nouveau partenariat permettra à la Bourse de Luxembourg de devenir un centre de cotation exclusif sur la plate-forme Origin.

Attirer de nouveaux clients

«Nous sommes leur premier partenaire institutionnel», confirme Robert Scharfe , CEO du Luxembourg Stock Exchange. «Cette opération vise évidemment à attirer de nouveaux émetteurs sur nos plates-formes en rendant le processus de cotation plus simple pour des émetteurs qui jusque-là ne l’envisageaient pas.»

Créée en 2015 et opérationnelle depuis 2017, Origin compte déjà 85 émetteurs et accueille une vingtaine de banques d’affaires. Cette année, elle a déjà réalisé 450 opérations pour un total de 20 milliards d’euros.

Mais jusqu’à présent, les transactions réalisées se sont faites de manière privée entre émetteurs et investisseurs. «Sur la plate-forme Origin, l’ensemble des documents existe déjà sous forme digitale», poursuit Pierre Schoonbroodt. «Pousser la démarche jusqu’à l’étape d’une cotation devient donc nettement plus simple.» Or, la cotation d’une obligation offre aussi des avantages à l’investisseur en termes de transparence et de fiscalité.

Il est probable que nous signions d’autres partenariats de ce type à l’avenir.
Robert Scharfe

Robert Scharfe,  CEO,  Bourse de Luxembourg

Le montant de la transaction a été gardé secret entre les deux parties. Il permettra en tout cas de financer le développement de la start-up pour les 18 prochains mois via de nouveaux services.

«Pour nous, c’est une première», confirme Robert Scharfe. «Mais il est probable que nous signions d’autres partenariats de ce type à l’avenir.» Cet investissement permet en tout cas à la Bourse de Luxembourg de prendre place dans l’advisory board de la start-up.

Si c’est la première fois que la Bourse de Luxembourg investit dans une start-up, elle a par contre multiplié les partenariats ces dernières années pour étendre son influence et préserver son indépendance.

Elle a notamment signé différents accords avec les Bourses de Shanghai et Shenzhen pour diffuser les informations concernant les obligations vertes chinoises et, en septembre dernier, elle s’est associée à Euwax , filiale de la Bourse de Stuttgart, pour lancer LuxXPrime, une nouvelle vitrine dédiée au trading d’obligations liquides.