PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Partenariat avec la BÖrse Stuttgart

La Bourse grand-ducale s’ouvre au trading d’obligations



270719.jpg

Les dirigeants de la Bourse de Luxembourg et d’Euwax ont officiellement lancé LuxXPrime ce jeudi 26 septembre. (Photo: Bourse de Luxembourg)

La Bourse de Luxembourg et Euwax, une filiale de la Bourse de Stuttgart, ont lancé en partenariat un instrument de trading d’obligations liquides. LuxXPrime devrait permettre un accès simplifié aux obligations d’entreprises aux plus petits investisseurs.

La Bourse de Luxembourg ajoute une nouvelle corde à son arc. Ce jeudi 26 septembre, elle vient de lancer LuxXPrime, une nouvelle vitrine dédiée au trading d’obligations liquides, en partenariat avec Euwax AG, une filiale de Börse Stuttgart.

Elle prendra sa place sur la plate-forme de négociation de la bourse grand-ducale. «Nous sommes peu actifs dans le domaine du trading alors qu’Euwax est le leader allemand du trading d’obligations d’entreprises», explique Robert Scharfe , le CEO de la Bourse de Luxembourg.

Pour l’institution luxembourgeoise, surtout spécialisée dans la cotation de titres internationaux, ce nouvel outil lui permettra de proposer des activités de trading d’obligations à des clients retail. Pas en direct, mais par l’intermédiaire de leur banque.

«Sur les marchés des capitaux, les investisseurs retail sont défavorisés par rapport aux institutionnels», explique Robert Scharfe. «Les traders n’aiment pas consacrer du temps pour de petits montants, les retours sur les obligations sont faibles, les commissions sont élevées. Au final, l’investisseur n’obtient que des miettes.»

Sur les marchés des capitaux, les investisseurs retail sont défavorisés par rapport aux institutionnels.
Robert Scharfe

Robert Scharfe,  CEO,  Bourse de Luxembourg

L’avantage d’Euwax est qu’elle est spécialisée justement dans les investissements retail. Et la promesse faite par LuxXPrime est d’offrir des prix fermes pour tous les investissements de moins de 25.000 euros et des commissions très basses.

À titre d’exemple, pour 2019, la commission engrangée par la Bourse de Luxembourg sera de 1 euro par transaction. Un montant très faible, mais l’institution assure s’y retrouver dans la mesure où aucun nouveau salaire ne sera consacré à ce nouvel instrument.

260 obligations

Pour la phase de démarrage, les deux institutions ont sélectionné 260 obligations d’entreprises, choisies pour leur liquidité. Parmi celles-ci, 12 obligations vertes selon la tradition verte de la Bourse de Luxembourg . «Ces produits sont moins liquides, mais nous avons pu faire une première sélection», poursuit le CEO de la Bourse luxembourgeoise.

Cette première liste de 260 obligations devrait s’étendre au fil des mois et englober d’autres produits comme, par exemple, des ETF.

Pour Euwax, l’intérêt est clairement de pouvoir capter de nombreuses transactions, et pas seulement du Luxembourg. Le Luxembourg Stock Exchange étant relié à Euronext, LuxXPrime pourra donc assurer des opérations pour des clients retail de France et du Benelux.