PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

épargne

Les banques se résoudront-elles aux taux négatifs?



ING Luxembourg n’entend pas automatiquement répercuter les taux négatifs instaurés par la filiale belge pour certains clients en banque privée. (Photo:  LaLa La Photo/Archives)

ING Luxembourg n’entend pas automatiquement répercuter les taux négatifs instaurés par la filiale belge pour certains clients en banque privée. (Photo:  LaLa La Photo/Archives)

En Belgique, la banque ING a décidé d’appliquer des taux négatifs à certains clients en banque privée. Une telle politique est-elle possible au Luxembourg et pour quelle clientèle?

La question des taux d’intérêt négatifs sur certains comptes d’épargne remonte à la surface. En Belgique, la banque ING vient en effet d’annoncer que, dès le 1er janvier prochain, elle appliquera un taux d’intérêt négatif de -0,5% sur l’épargne des particuliers dépassant 2 millions d’euros.

Une situation qui inquiète évidemment les épargnants, même si elle s’appliquera actuellement aux clients en banque privée. Ce n’est d’ailleurs pas la première annonce du genre. En septembre 2019, la banque belge Puilaetco, une filiale du groupe luxembourgeois Quintet Private Bank, avait déjà annoncé son intention d’appliquer un taux d’intérêt négatif aux clients qui ont signé un contrat de conseil en investissement et qui sont principalement investis en cash. La mesure concernait alors les montants supérieurs à 5 millions d’euros.

Les choix de la BCE

Si les banques en viennent peu à peu à faire payer l’épargnant, ce qui paraît totalement contre nature, c’est pour tenter de contrer les choix de la Banque centrale européenne, qui leur coûte de l’argent.

Régulièrement, les banques déposent leurs réserves excédentaires sur un compte dont elles disposent auprès de la BCE. Celui-ci bénéficie d’une rémunération, comme tout compte d’épargne. Sauf que, depuis 2014, pour pousser les institutions financières à injecter l’argent qui leur est confié dans l’économie, sous forme de prêts, plutôt que de le faire garder par la BCE, celle-ci a fait passer le taux de dépôt en territoire négatif. Le 12 septembre 2019, celui-ci a encore été abaissé de -0,4% à -0,5% , avec toutefois des exonérations pour certains montants.

Le Luxembourg attend

Au Luxembourg, l’idée de passer en taux négatifs ne fait pas trop de vagues actuellement, alors que la loi ne l’interdit pas. «Au niveau de l’ABBL, nous n’entendons aucune volonté d’un mouvement dans ce sens», confirme Yves Maas , directeur général de l’association des banques et banquiers.

Certaines banques y recourent déjà par rapport à des clients institutionnels, mais la clientèle privée ne semble pas menacée pour l’instant. «Sans doute aussi parce que, au Luxembourg, la plupart des clients ont investi dans d’autres actifs que dans du cash», pointe le responsable de l’ABBL.

Chez ING Luxembourg, la nouvelle politique du «voisin» belge ne sera pas répliquée automatiquement. «Nous suivons de très près l’évolution du marché et pouvons confirmer que pour certains dépôts de nos clients du Corporate Banking, nous avons commencé à imputer des taux d’intérêt négatifs depuis quelques années déjà (comme l’ont fait d’autres banques également). Si la décision d’imposer des taux négatifs à une plus grande partie de notre clientèle devait se faire prochainement, nos clients seraient, bien sûr, les premiers informés par un courrier explicatif», a commenté la banque pour Paperjam.lu.