POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Observatoire de la compétitivité

Améliorer les procédures pour gagner en compétitivité



«Nous allons renforcer les équipes et la digitalisation va également nous aider à simplifier les démarches pour diminuer le délai d’autorisation d’établissement d’une entreprise», a expliqué ce mercredi le ministre des Classes moyennes Lex Delles. (Photo: Ministère de l’Économie)

«Nous allons renforcer les équipes et la digitalisation va également nous aider à simplifier les démarches pour diminuer le délai d’autorisation d’établissement d’une entreprise», a expliqué ce mercredi le ministre des Classes moyennes Lex Delles. (Photo: Ministère de l’Économie)

L’Observatoire de la compétitivité (ODC) a présenté ce mercredi son bilan compétitivité 2019. Il nuance notamment le classement du Luxembourg dans le dernier rapport de la Banque mondiale sur la facilité à faire des affaires, où le Grand-Duché est quelque peu malmené.

«Les moins bonnes performances du Luxembourg dans ce rapport ne sont de manière générale pas en ligne avec la majorité des autres classements internationaux, dans lesquels le Luxembourg performe mieux. Une analyse critique effectuée dans ce bilan 2019 conclut qu’il faut interpréter ces résultats du Luxembourg avec prudence», a expliqué le ministre des Classes moyennes, Lex Delles , mercredi, lors de la présentation du bilan compétitivité de l’Observatoire de la compétitivité (ODC), évoquant le dernier rapport de la Banque mondiale sur la facilité à faire des affaires.

Cette cellule de veille du ministère de l’Économie est en charge de suivre la compétitivité du Luxembourg, et publie chaque année son rapport. Cette année, le focus a été mis sur l’entrepreneuriat, et l’ODC en a donc profité pour nuancer les résultats du dernier rapport «Ease of doing business» de la Banque mondiale. «Ce rapport analyse la réglementation de l’environnement des affaires pour une PME, et dedans il est écrit qu’il faut 15 jours pour obtenir une autorisation d’établissement, contre 12,5 pour la moyenne européenne», ajoute Serge Allegrezza , directeur du Statec et chargé de la direction de l’Observatoire de la compétitivité.

«Renforcer les équipes»

«La moyenne est en réalité de 9,5 jours. L’édition 2018 de la Banque mondiale, qui place le pays au 66rang mondial, ne reflète donc ni le développement économique ni le nombre d’entreprises créées. Dans une certaine mesure, ce résultat pourrait s’expliquer par des problèmes méthodologiques et par les sources de données utilisées», analyse Serge Allegrezza.

«Mais il est certain que ce délai doit encore être réduit», admet Lex Delles. «Nous allons renforcer les équipes et la digitalisation va également nous aider à simplifier les démarches.»

Dans son bilan compétitivité 2019, l’ODC insiste donc sur 68 indicateurs répartis sur trois aspects: économie, social et environnement. «Selon l’indice synthétique calculé par l’ODC sur base du système d’indicateurs national pour l’année 2018, le Luxembourg se place à la 8e position dans l’UE (28) et fait partie du groupe de pays à ‘performance élevée’.»

On apprend par exemple dans ce rapport qu’au Luxembourg, 49% des personnes interrogées considèrent comme un bon choix de carrière le fait de créer sa société, contre 60% au niveau européen. Et les résidents perçoivent le Luxembourg comme un bon endroit pour démarrer un business à 55%, contre 44% pour les résidents des autres pays de l’UE.