COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Patrizia Luchetta (Another Level Creative Group)

«Arrêtons de pénaliser les indépendants»



Patrizia Luchetta: «Un certain nombre d’incertitudes persistent quant à l’évolution en général des business models post-Covid-19, surtout en ce qui concerne les activités liées au monde musical, sévèrement touché par cette crise.» (Photo: DR)

Patrizia Luchetta: «Un certain nombre d’incertitudes persistent quant à l’évolution en général des business models post-Covid-19, surtout en ce qui concerne les activités liées au monde musical, sévèrement touché par cette crise.» (Photo: DR)

Paperjam est parti à la rencontre des femmes figurant dans la liste des «100 femmes pour un conseil d’administration» publiée fin février. Pour comprendre leur vécu de la période que nous traversons. Entretien avec Patrizia Luchetta, cofondatrice d’Another Level Creative Group et membre du CA de Foundry Europe.

Comment avez-vous vécu cette première phase de la crise?

Patrizia Luchetta . – «Comme beaucoup de personnes, j’ai vécu l’entrée officielle dans la période de crise, le 13 mars dernier, comme un choc, un scénario quelque peu surréaliste. Mais passé ce premier moment d’incrédulité, ce choc aura finalement été salutaire. Libérée des urgences quotidiennes, des feux à éteindre en dernière minute, des projets qui s’accumulent et qu’on se résigne à bâcler tant bien que mal, faute de temps, j’ai pu me poser et réfléchir de façon plus stratégique à mes priorités professionnelles et personnelles.

Malgré les pertes financières et les difficultés pratiques, je peux dire franchement que deux mois après le début du confinement, j’en sors avec un plein d’énergie et des idées claires sur les prochaines étapes de mon parcours professionnel, même si un certain nombre d’incertitudes persistent quant à l’évolution en général des business models post-Covid-19, surtout en ce qui concerne les activités liées au monde musical, sévèrement touché par cette crise.

Quels sont les trucs et astuces que vous souhaiteriez partager en termes de management d’entreprise ou de tenue d’un board lors de cette période de confinement?

«Chez Foundry Europe, les contraintes liées au confinement en tant que tel n’ont pas eu de répercussions majeures. Le télétravail et les conférences virtuelles faisaient déjà partie de notre quotidien avant la crise, pour des questions pratiques de distance avec nos clients, mais aussi parce que nous sommes convaincus qu’un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle est un élément essentiel.

Ceci étant dit, il est évident que le basculement vers un modèle à 100% en ligne présente des défis. Communiquer uniquement par écran requiert une concentration et une coordination beaucoup plus importantes. Mon conseil serait de veiller à communiquer un ordre du jour précis, ainsi qu’à bien définir les objectifs de vos réunions virtuelles: partage d’informations, réunion de feed-back, prise de décisions importantes… quand les participants savent exactement à quoi s’attendre, les réunions deviennent beaucoup plus productives… et cela ne s’applique d’ailleurs pas uniquement aux meetings en ligne.

Il faut trouver un moyen de développer le réseau de professionnels dans le domaine du management et de la promotion musicale pour encadrer les musiciens.
Patrizia Luchetta

Patrizia Luchetta,  Another Level Creative Group

Dans le cadre de notre opération «Luxembourg Recovery: 50 idées pour reconstruire», nous proposons à nos lecteurs de partager une idée concrète, une expérience ou une mesure à mettre en œuvre pour faciliter le rebond de l’économie luxembourgeoise. Quelle serait la vôtre?

«Mon idée: soutenir la professionnalisation de l’écosystème musical.

Le monde musical du Grand-Duché a énormément évolué ces dernières années: infrastructures pour concerts, infrastructures de répétition à prix modérés, bureau d’export de la musique luxembourgeoise, etc. Si nous voulons valoriser ces investissements faits, il faut trouver un moyen de développer également le réseau de professionnels dans le domaine du management et de la promotion musicale pour encadrer les musiciens.

Trois suggestions:

- a) Faciliter l’accès à des formations spécialisées – par le biais d’aides au financement ou en organisant des cours en coopération avec des centres de formation existants en Europe.

- b) Après des années de revendications, nous avons enfin vu l’émergence d’espaces pop-up dédiés aux jeunes créateurs. Pourquoi ne pas envisager des espaces pop-up pour concerts?

- et c) En général, arrêtons de pénaliser les indépendants. Je ne critique pas, a priori, le taux de 25% pour les cotisations sociales, mais essayons alors de nous y tenir, et abolissons la cotisation minimale. Verser 500 euros, dès que le revenu mensuel dépasse 666 euros, c’est irréel, et, à mon humble avis, contraire à l’équité fiscale.»

Retrouvez ici la liste des 100 femmes pour votre conseil d’administration.