POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Aides financières pour une mobilité propre

Le succès de Clever Fueren a submergé l’Administration



Plus de 12.200 demandes de primes ont été introduites depuis mars 2019, pour un montant d’environ 10 millions d’euros. (Photo: Shutterstock)

Plus de 12.200 demandes de primes ont été introduites depuis mars 2019, pour un montant d’environ 10 millions d’euros. (Photo: Shutterstock)

Le programme d’aides financières mis en place par le gouvernement pour encourager l’achat de moyens de transport plus propres rencontre un grand succès. Au point que l’Administration ne parvient plus à gérer tous les dossiers dans les temps. Les délais d’attente peuvent grimper jusqu’à six mois. 

Être patient. C’est une obligation si vous avez introduit une demande d’aide financière, dans le cadre du programme Clever Fueren, qui vise à encourager l’achat de moyens de mobilité propre.

Victime de son succès, l’attribution de ces primes prend en général quatre semaines, entre le traitement de la demande et son versement. Mais à l’heure actuelle, il faut compter environ six mois, a expliqué la ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg (Déi Gréng), en répondant à la question parlementaire des députés Carole Hartmann (DP) et Max Hahn (DP).

Plus de 12.200 primes depuis mars 2019

La ministre s’appuie sur les chiffres pour justifier ces délais à rallonge. Depuis mars 2019, plus de 12.200 primes ont été allouées, pour un total de près de 10 millions. Dans le détail, 1.016 primes ont été accordées concernant l’achat de voitures électriques pures et 639 autres pour des voitures hybrides rechargeables de l’extérieur.

Ce à quoi faut-il ajouter 39 primes pour des camionnettes électriques, 51 pour des cyclomoteurs électriques, 11 pour des motocycles électriques et 4 pour des quadricycles électriques. Sans parler des 5.600 demandes en vue de l’achat de vélos électriques et des 4.900 autres concernant des cycles à pédalage assisté.

Personnel renforcé

Alors que l’Administration croule sous les demandes, la ministre du Développement durable a conclu en soulignant que «le service en charge du traitement de ces demandes a été renforcé moyennant à la fois une réaffectation d’agents d’autres services et l’engagement de personnel supplémentaire». L’objectif de résorber ce retard fait donc partie des priorités. Quant à savoir néanmoins quand la situation reviendra à la normale, il faudra sans doute, là aussi, être patient.