POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Environnement

Cinq avant-projets de loi pour «zéro déchet»



De nouveaux moyens vont être déployés pour que les citoyens se comportent de manière plus responsable. (Photo: Shutterstock)

De nouveaux moyens vont être déployés pour que les citoyens se comportent de manière plus responsable. (Photo: Shutterstock)

La ministre de l’Environnement, Carole Dieschbourg, a présenté en commission de la Chambre sa stratégie «zéro déchet». Le travail parlementaire va maintenant commencer autour de cinq avant-projets de loi.

«Zéro déchet» est le nom de la stratégie proposée par la ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement durable,  Carole Dieschbourg (Déi Gréng), pour que le Luxembourg gère mieux cette problématique. Elle est venue la présenter en commission environnement de la Chambre, rappelant que le but est d’arriver à une fin totale de la mise en décharge en 2030.

Des sanctions renforcées

Protéger les sols et l’eau, mieux gérer les emballages, mieux étudier les projets pour, notamment, développer une culture du réemploi, et prolonger et déconstruire les bâtiments sont les axes forts de cette volonté politique. Les mesures envisagées couvrent un vaste ensemble de domaines.

Elles comprennent, par exemple, la mise à niveau et l’harmonisation des centres de recyclage implantés au niveau des communes, qui offrent, selon la ministre, des services trop différents. Il s’agit dans ce contexte d’harmoniser ces centres en en faisant des «resource centres» et de donner ainsi aux citoyens les moyens de se comporter de façon plus responsable en matière de gestion des déchets. Mais aussi l’interdiction de la vente des produits cosmétiques contenant des microplastiques ou l’interdiction des préemballages de fruits et légumes frais et la prévention des terres d’excavation. 

Si les citoyens seront invités à faire des efforts et que de nouveaux moyens seront mis à disposition pour cela, des peines plus sévères seront prévues en cas d’infraction.

Toutes ces mesures devront être incluses dans cinq avant-projets de loi, qui retranscrivent notamment cinq directives européennes en la matière, dont trois sont déjà déposés. Le travail parlementaire va maintenant pouvoir débuter avec l’examen de ces textes. François Benoy (Déi Gréng), président de la commission, a été désigné comme rapporteur.