LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Rapport annuel

2021, nouvelle année compliquée pour la Kulturfabrik



Sur les 28.566 visiteurs en 2021, 12.432 concernent le bistrot Ratelach et le bar estival Kufa Summer Bar, et 2.675 la brasserie K116. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Sur les 28.566 visiteurs en 2021, 12.432 concernent le bistrot Ratelach et le bar estival Kufa Summer Bar, et 2.675 la brasserie K116. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

La Kulturfabrik a accueilli 28.566 visiteurs en 2021 – un peu plus qu’en 2020, mais beaucoup moins qu’en 2019. Ses charges ont également dépassé ses recettes, d’un montant de 72.203 euros.

Les visiteurs sont revenus (trop) timidement à la Kulturfabrik en 2021. Le centre culturel d’Esch-sur-Alzette a dressé  le bilan d’une année encore marquée par les restrictions sanitaires, entre jauges maximales et CovidCheck. Résultat: il a accueilli 28.566 visiteurs au total, contre 20.030 en 2020 . Parmi eux, 12.432 pour son bistrot Ratelach et son bar estival Kufa Summer Bar et 2.675 clients pour sa brasserie K116. Soit plus de la moitié de l’ensemble des visiteurs.

En 2019, avant l’arrivée du Covid, ils étaient 73.332 au total et en 2018, environ 80.000 .

L’ancien abattoir reste donc loin de ses niveaux de fréquentation d’avant-crise. Il se félicite tout de même d’être parvenu «cette année encore, à maintenir la barre, coûte que coûte, contre vents et marées». Il cite la mise en place de cycles de films dans la grande salle en début d’année par exemple, avant le retour des concerts dans la petite salle et du festival Out of the Crowd, en plus du soutien aux artistes locaux.

«Les réserves constituées au fil des dix dernières années, grâce à une gestion financière sans faille et à un souci de précaution permanent, ont été d’une aide précieuse». Même si elles ne sont pas «inépuisables», admet-il. Elles s’élèvent à 557.478 euros au 31 décembre 2020.

Plus de charges que de recettes

Ses recettes semblent avoir bien résisté puisqu’elles atteignent 2,649 millions d’euros en 2021. Un montant en légère hausse par rapport aux 2,549 millions de 2019, puis 2,286 millions en 2020. La part des entrées spectacles a cependant diminué de 7,86% à 3% en deux ans, alors que celle des subventions occasionnelles passe de 10,13% à 15% par exemple. Surtout, les charges ont de leur côté augmenté à 2,721 millions d’euros en 2021, par rapport aux 2,472 millions de 2019. La différence entre recettes et charge a donc augmenté de 149.632 euros. Et en effectuant ce calcul, la Kulturfabrik arrive à un résultat de -72.203 euros en 2021. En 2020, les recettes restaient supérieures aux charges, de 65.678 euros.

La Kulturfabrik explique cela par les impacts de la crise sanitaire et le fait qu’elle n’a, malgré cela, «pas fait l’impasse sur sa raison d’être». Tout en admettant qu’elle devra, «si elle ne trouve pas de nouvelles sources de conventionnement/financement, faire des choix raisonnables tout en poursuivant ses missions, valeurs et visions». Elle emploie au total 27 personnes en CDI, deux de moins qu’avant la crise.

«Nous avons espéré de tout cœur que 2022 sonne la fin de la pandémie, mais la période reste trouble», conclut son directeur, René Penning. Le centre culturel pourra peut-être compter sur sa programmation de l’été, avec notamment les concerts d’Alcest, Regarde les hommes tomber, Brutus et Scarred qu’il accueille dans le cadre des Francofolies d’Esch . Il est aussi partenaire du festival Usina 22 qui se tiendra en plein air à Dudelange, les 11 et 12 juin.