POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Réchauffement climatique

2020 parmi les trois plus chaudes années sur Terre



Depuis les années 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente. Et les six années les plus chaudes ont toutes été enregistrées depuis 2015. (Photo: Shutterstock)

Depuis les années 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente. Et les six années les plus chaudes ont toutes été enregistrées depuis 2015. (Photo: Shutterstock)

L’année 2020 fait partie des trois années les plus chaudes jamais enregistrées. Et ce, malgré un épisode La Niña en fin d’année, responsable d’un refroidissement temporaire. Un réchauffement qui s’accentuera ces prochaines années.

Avec 2016 et 2019, l’année 2020 a été l’une des trois plus chaudes jamais enregistrées, a annoncé, dans un communiqué publié le 15 janvier, l’Organisation météorologique mondiale (OMM). La température moyenne mondiale en 2020 a ainsi atteint environ 14,9°C, soit 1,2°C de plus que sa valeur préindustrielle (1850-1900).

«Aujourd’hui, le réchauffement atteint 1,2°C, et nous assistons déjà à des phénomènes météorologiques extrêmes sans précédent dans toutes les régions et sur tous les continents», constate l’OMM. «Nous nous acheminons vers une augmentation catastrophique de la température de 3 à 5 degrés au cours du 21e siècle.»

Différences ténues

Les différences de températures ont été très ténues entre 2016, 2019 et 2020, ce qui n’a pas permis à l’OMM de trancher entre les trois années, puisque les cinq jeux de données sur lesquels elle se base se situent tous dans la marge d’erreur du calcul de la température mondiale moyenne.

D’après la Nasa et le service Copernicus de surveillance du changement climatique, 2020 est l’année la plus chaude jamais enregistrée, ex aequo avec 2016. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et le jeu de données HadCRUT la placent au deuxième rang, derrière 2016. Et, selon le service météorologique japonais, 2020 occupe plutôt la troisième place.

Mais le fait que les températures de 2020 aient été équivalentes à celles de 2016 est remarquable, alors même qu’un épisode La Niña, responsable d’un refroidissement temporaire, a eu lieu en 2020, et que le phénomène El Niño, qui provoque des réchauffements, a été particulièrement fort en 2016.

Tendance à long terme

«Le classement de chaque année en fonction des températures ne représente qu’un instantané d’une tendance à bien plus long terme», remarque en outre le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas. «Les concentrations des gaz qui retiennent la chaleur dans l’atmosphère continuent de battre des records, et la longue durée de vie du dioxyde de carbone, le gaz le plus important, soumet la planète au réchauffement à l’avenir.»

Ainsi, depuis les années 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente. Et les six années les plus chaudes ont toutes été enregistrées depuis 2015.

2021 ne devrait pas échapper à la règle, les prévisions annuelles du Met Office concernant la température mondiale pour 2021 suggèrent que cette année figurera également dans la série des années les plus chaudes, malgré l’influence du refroidissement temporaire induit par La Niña.

Le Grand-Duché n’est pas épargné par le phénomène. 2020 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée au Luxembourg. Avec 10,9°C en moyenne, elle dépasse de 0,1°C le précédent record de 2014.