POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

À la Chambre

1.000 milliards d’euros pour le «green deal» européen



«Des investissements massifs, aussi bien de la part du secteur public que du secteur privé», seront nécessaires pour la mise en œuvre du pacte vert de l’UE, assurait lundi 2 mars 2020 le commissaire européen Nicolas Schmit devant les députés. (Photo: Chambre des députés)

«Des investissements massifs, aussi bien de la part du secteur public que du secteur privé», seront nécessaires pour la mise en œuvre du pacte vert de l’UE, assurait lundi 2 mars 2020 le commissaire européen Nicolas Schmit devant les députés. (Photo: Chambre des députés)

Transitions écologique et numérique, lutte contre la pauvreté: le commissaire européen à l’Emploi et aux Droits sociaux, Nicolas Schmit, a présenté lundi matin à la Chambre des députés les grandes lignes du programme de travail de la Commission européenne.

1.000 milliards d’euros, c’est le montant des investissements nécessaires pour mettre en œuvre le «green deal» de la Commission européenne, révélait lundi matin le commissaire européen à l’Emploi et aux Droits sociaux,  Nicolas Schmit , lors de la présentation des grandes lignes du programme de travail de la Commission européenne aux députés réunis en salle plénière.

La transition énergétique et écologique pour lutter contre le changement climatique fait en effet partie des priorités de la nouvelle Commission européenne, alors que l’Union européenne s’est fixé l’objectif de devenir  climatiquement neutre d’ici 2050 .

«Pour réussir ce pari, des investissements massifs, aussi bien de la part du secteur public que du secteur privé, sont nécessaires», constate Nicolas Schmit. «Les petites et moyennes entreprises, en tant qu’épine dorsale de l’économie, devront également être accompagnées et soutenues.»

Convergence des salaires minimums européens

Mais cette transition devra se faire «sans oublier la dimension sociale». Création d’une «garantie européenne pour les enfants», mise en œuvre du socle européen des droits sociaux: les discussions avec Nicolas Schmit ont aussi tourné autour de ces thèmes à la Chambre, la lutte contre la pauvreté étant une autre priorité de la Commission. Un chantier important à ce propos est l’accélération de la  convergence des salaires minimums européens , un projet soutenu par Nicolas Schmit lui-même.

La  digitalisation  est une autre des priorités de la Commission, et pour cause: 40% des citoyens européens n’ont aucune connaissance digitale, selon Nicolas Schmit. Or environ un million de postes d’emplois sont vacants à cause d’un manque de main-d’œuvre qualifiée. «L’UE doit investir dans la formation continue et dans l’apprentissage pour acquérir les différentes qualifications requises», a rappelé le commissaire.

Si le programme est ambitieux, les députés se sont inquiétés de l’échec des discussions autour du budget européen 2021-2027, ce qui pourrait in fine compromettre sa mise en œuvre.