POLITIQUE & INSTITUTIONS — Monde

Informations pratiques

Voyager vers les États-Unis en période de Covid



La vaccination ne joue actuellement pas un rôle dans la question de savoir si les individus, citoyens américains ou non, peuvent entrer aux États-Unis. (Photo: Shutterstock)

La vaccination ne joue actuellement pas un rôle dans la question de savoir si les individus, citoyens américains ou non, peuvent entrer aux États-Unis. (Photo: Shutterstock)

Une proclamation présidentielle décrétée par l’ancien président Trump et réappliquée par Joe Biden lors de sa prise de fonction dictera les modalités d’une grande partie des voyages aux USA – pour les affaires et les loisirs – dans les mois à venir. Elle décrit également les «exceptions d’intérêt national» face au Covid.

Le thème des voyages aux États-Unis a suscité un vif intérêt mardi soir, avec près de 100 participants qui se sont joints à un webinar de l’Amcham Luxembourg (American Chamber of Commerce in Luxembourg). Environ 40 d’entre eux, selon son président-directeur général, Paul Schonenberg , étaient basés aux États-Unis, ce qui prouve qu’il y a des inquiétudes des deux côtés de l’Atlantique.

Parmi les principales préoccupations figure la possibilité de voyager pour des événements familiaux (remise des diplômes, funérailles, etc.). Qu’en est-il si on possède un bien immobilier aux États-Unis, qu’on soit citoyen américain ou non? A-t-on besoin d’être vacciné? Qu’en est-il des résultats des tests PCR et des mesures de quarantaine?

Citoyens américains

La chef consulaire de l’ambassade américaine, Jackie Meeker, qui occupe son poste depuis 2019, a expliqué que l’organisation de voyages aux États-Unis depuis le Luxembourg ou même la zone Schengen dépendra en fait largement du type de voyageur.

Les citoyens américains ou les résidents permanents légaux «peuvent revenir à tout moment, en toutes circonstances, il n’y a jamais eu d’interdiction de retour», explique Jackie Meeker. Cependant, ils auront besoin d’un test Covid négatif pour ce faire, et ce pas plus de trois jours à l’avance. «Le gouvernement américain l’a rendu un peu flexible, ce n’est pas 72 heures.» Par exemple, si vous volez vendredi, vous pourriez être testé mardi. Néanmoins, elle conseille aux gens de se renseigner auprès des compagnies aériennes, car beaucoup ont des exigences supplémentaires dont il faut prendre connaissance.

Citoyens non américains

Les conjoints de citoyens américains peuvent également voyager aux États-Unis en vertu de la proclamation présidentielle, a souligné Mme Meeker, mais si ce conjoint voyage seul, il devra apporter une copie du certificat de mariage, ainsi qu’une copie du passeport américain du conjoint. Les enfants de citoyens qui ne sont pas eux-mêmes citoyens américains peuvent voyager, tant qu’ils ne sont pas mariés et qu’ils ont moins de 21 ans. Cela a préoccupé un certain nombre de parents qui souhaitent déjà aider leurs enfants à s’intégrer dans la vie universitaire, par exemple.

Bien que le Luxembourg ait été plus accueillant envers les citoyens américains retournant chez leurs partenaires luxembourgeois de longue date, «les États-Unis n’ont pas rendu la pareille. [Ils] ne reconnaissent pas un partenariat civil.»

D’autre part, ceux qui vivent dans la zone Schengen avec une Esta ou un visa «doivent avoir une exception d’intérêt national». Cela implique, en particulier en période de Covid, que ces personnes «fournissent un soutien vital pour les infrastructures critiques». Un exemple pourrait être celui d’un mécanicien devant réparer une machine produisant un produit ayant un impact clair sur l’infrastructure nationale aux USA. Ces personnes peuvent soumettre leur demande à l’ambassade des États-Unis, qui les examine au cas par cas. Et si le feu est vert,  Jackie Meeker rappelle qu’il ne faut pas s’enregistrer en ligne auprès des compagnies aériennes, car il existe un système différent que les personnes concernées devront suivre dans ces cas exceptionnels.

Services consulaires «gravement touchés»

Depuis le début de la pandémie, les services consulaires ont été «gravement touchés». Mme Meeker met en avant que l’ambassade des États-Unis ne mène qu’environ 12 à 16 entretiens pour les visas par mois, bien que «s’il s’agit d’un voyage urgent, nous essayons de travailler avec vous du mieux que nous pouvons».

Une chose à noter est le fait que les voyages aux États-Unis sont basés sur l’endroit «où vous étiez avant d’entrer aux États-Unis», explique Jackies Meeker. Une stratégie pour ceux qui sont «désespérés» pourrait donc être de voyager «en dehors de l’espace Schengen, et d’y rester pendant 14 jours».

Les vaccinations

Jusqu’à présent, la vaccination «ne joue pas un rôle dans les voyages aux États-Unis», explique-t-elle encore. Et il n’y a pas eu d’indication de passeport de vaccination à ce jour.

Dans certains cercles d’expatriés, il y a eu une frustration croissante parmi les citoyens américains souhaitant rentrer chez eux, étant donné le déploiement plus lent du vaccin en Europe et ailleurs. Le président Biden a annoncé il y a peu que «toute personne de 16 ans et plus en Amérique est éligible pour être vaccinée».

Cependant, leur capacité à les obtenir varie considérablement d’un État à l’autre, voire d’un comté à l’autre ou d’un magasin à l’autre. 

En plus de vérifier les dernières informations auprès du département d’État américain ou de l’ambassade américaine au Luxembourg, Jackie Meeker exhorte également les voyageurs potentiels non seulement à consulter le(s) site(s) du Département de la santé pour le(s) État(s) de voyage prévu, mais également à se renseigner auprès des compagnies aériennes respectives quant aux conditions pour les tests PCR.