LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être & Sport

UN ÉTÉ SPORTIF (9/10)

«Le vélo est une activité de plein air parfaite»



Catherine Kurzawa à vélo pendant ses vacances.  (Photo: DR)

Catherine Kurzawa à vélo pendant ses vacances.  (Photo: DR)

Chaque semaine, Delano invite un passionné de vélo à partager sa balade préférée au Luxembourg. Aujourd’hui, la journaliste de Paperjam, Catherine Kurzawa, partage un trajet circulaire de 55 kilomètres au départ de Mamer, en partant de certains sites familiers de la ville.

Quel vélo utilisez-vous?

Catherine Kurzawa . – «Trek Dual Sport 3. Certains de mes amis ont adopté le vélo électrique, pas moi. Ma devise? Je ne suis pas alimentée par une batterie, mais par ma propre détermination!

Itinéraire cyclable préféré

Retrouvez l’itinéraire ici

«J’ai récemment découvert une série de pistes cyclables idéalement situées pour un tour à vélo autour de la capitale. Cela commence à Mamer, au Parc am Brill, un endroit agréable pour se retrouver entre amis. D’abord, par le PC 13 de Mamer à Luxembourg. Une fois en ville, je me dirige vers le funiculaire Pfaffenthal-Kirchberg. Les voitures sont assez grandes pour accueillir de nombreux cyclistes à bord, et la vue depuis le sommet est toujours belle. Arrivé dans la vallée, je longe l’Alzette et traverse Clausen, Pulvermühl et Hamm vers Hesperange. Ce chemin est magnifique, car il suit l’eau, est entouré d’arbres et il n’y a pas de voitures. C’est paisible.

Au parc d’Hesperange, j’emprunte une autre piste cyclable jusqu’à Kockelscheuer. C’est la partie délicate, car la piste cyclable passe de sections tranquilles a des sections où vous partagez la route avec les voitures et parfois à côté de l’autoroute. Après Cessange, je suis la direction de Merl. À la rue des Celtes, un panneau indique Bertrange. Mais honnêtement, il faut avoir de la chance pour le trouver: il est caché parmi les arbres et beaucoup de gens ne le voient pas.

Une fois sur cette piste cyclable, on oublie la ville. Elle sillonne les lotissements de la cité jardinière Alfred Thinnes et longe la Pétrusse en passant par le parc Lentz et le centre de Bertrange. Une fois là-bas, je ne fais que suivre le panneau cyclable vers le campus de l’école européenne puis je suis de retour au Parc am Brill à Mamer, au bord de la rivière Mamer. Ce circuit de 55km offre un autre point de vue sur Luxembourg-ville et ses environs. Outre le fait qu’il existe de nombreux endroits pour s’arrêter pour une pause, la majeure partie du parcours emprunte des pistes cyclables où il n’y a pas de voitures.

Niveau de difficulté

«Facile. La majeure partie du trajet se fait sur route goudronnée, sauf une partie près de Kockelscheuer.

Points forts et commentaires

«Lors de cette visite, je recommande de nombreux endroits pour s’arrêter et profiter des environs.

1. (Avec un petit détour) Le Kyosk du parc central du Kirchberg

2. Le parc d’Hesperange

3. Autour de Kockelscheuer

4. Le parc Lentz à Bertrange

5. Et bien sûr le Parc am Brill à Mamer!

La piste cyclable le long du tronçon de tramway (entre la place de l’Étoile et Pfaffenthal-Kirchberg) est neuve et confortable. Malheureusement, les panneaux donnent des indications contradictoires pour les cyclistes: si vous les suivez, vous risquez de perdre du temps aux feux rouges!

Pourquoi faites-vous du vélo?

«Le vélo est une activité de plein air parfaite pour assouvir ma curiosité pour le Luxembourg, découvrir de nouveaux paysages et villages et aussi pour bronzer.

Nous avons besoin de plus et de meilleures signalisations pour les pistes cyclables. De nombreux panneaux sont cachés dans les arbres ou gisent sur le sol.
Catherine Kurzawa

Catherine Kurzawa,  journaliste,  Paperjam

Que manque-t-il à l’infrastructure cyclable au Luxembourg?

«Nous avons besoin de plus et de meilleures signalisations pour les pistes cyclables. De nombreux panneaux sont cachés dans les arbres ou gisent sur le sol. De plus, le réseau de pistes cyclables luxembourgeois est mal connu et de nombreux usagers se perdent entre les voies nationales, régionales et communales.

Une fois que vous avez suffisamment d’informations, vous pouvez profiter des routes dans de bonnes conditions, par rapport à celles que je connaissais en Belgique. Je pense juste que c’est triste d’avoir de mauvaises connexions entre certaines pistes cyclables. Dans de nombreux cas, les cyclistes doivent emprunter des tronçons de route dangereux, ce qui est triste.

J’aime les pistes cyclables réservées aux cyclistes et aux piétons, mais certains piétons ont un comportement dangereux, notamment lorsqu’ils écoutent de la musique forte ou lorsqu’ils sont concentrés sur leur smartphone. Chaque usager de la route doit être vigilant, surtout les plus faibles!»

Cet article a été écrit pour  Delano , traduit et édité pour Paperjam.