POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

consommation

L’ULC appelle à modérer les hausses de prix



L’ULC recommande de ne pas augmenter les prix, en particulier pour les denrées alimentaires et les produits d’usage courant. (Photo: Nader Ghavami/Archives)

L’ULC recommande de ne pas augmenter les prix, en particulier pour les denrées alimentaires et les produits d’usage courant. (Photo: Nader Ghavami/Archives)

L’Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) remarque une tendance des entreprises et commerces à l’augmentation de leurs tarifs. Elle appelle à la modération compte tenu des pertes de revenus des ménages.

«Les consommateurs se plaignent de plus en plus auprès de l’ULC de hausses de prix parfois importantes dans le commerce de détail et pour divers services», rapporte l’association de consommateurs dans un communiqué le 27 mai.

L’ULC n’ignore pas les pertes de revenus que les entreprises ont subies ni les coûts engendrés par les mesures nécessaires à la réouverture, qui peuvent les pousser à ajuster leurs prix à la hausse. Mais elle appelle à la modération des augmentations, d’autant plus dans un contexte où les ménages ont eux aussi connu des pertes de salaires du fait du chômage partiel .

«Les consommateurs doivent se voir épargner des hausses de prix inutiles ou injustifiées, car il est inacceptable que l’ensemble des coûts de la crise soient une fois de plus payés par le seul consommateur final. La crise du Covid-19 ne doit pas également conduire à une crise sociale et pousser de plus en plus de personnes et de familles dans la pauvreté», prévient l’ULC.

Celle-ci recommande donc de ne pas augmenter les prix, en particulier pour les denrées alimentaires et les produits d’usage courant.

Mais aussi dans l’immobilier: «Les contrats signés avant la crise du Covid-19 dans le secteur de la construction doivent être respectés et les futurs propriétaires ne peuvent être contraints de supporter des coûts supplémentaires en modifiant leurs contrats», ajoute l’ULC.

Pendant le confinement, l’indice des prix à la consommation a augmenté sur les produits alimentaires et sur les boissons non alcoolisées, passant de 110,52 en mars à 112,27 en avril selon la Statec, même si l’indice général a baissé de 106,04 à 105,98. Il a aussi augmenté de 0,62% en avril 2020 par rapport à avril 2019.