ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Centres commerciaux

Une réouverture contrastée à la Belle Étoile



Entre files d’attente et rayons déserts, la réouverture du centre commercial de la Belle Étoile est pleine de contrastes.

Le volet s’est levé pour la centaine de commerces installés au centre commercial de la Belle Étoile à Bertrange, lundi. À l’intérieur, la vie semble avoir repris avec un retour des chalands, mais à géométrie très variable.

Devant la boutique d’articles de couture Veritas, une file d’une cinquantaine de personnes s’est formée peu avant 10h. «Je compte fabriquer des masques, mais pour ma famille seulement», explique Christine, une quadragénaire qui patiente devant l’enseigne.

«On n’avait jamais vu autant d’attente», admet Sandrine, la gérante de l’enseigne, qui s’affaire à réapprovisionner les rayons. Sans surprise, les tissus et les élastiques nécessaires à la fabrication des masques réutilisables sont très demandés, mais «on a du stock, il ne faut pas s’inquiéter», tempère la commerçante, qui confie s’attendre à faire «un bon chiffre» en cette journée de reprise. 

Il fallait s’armer de patience pour entrer dans la boutique d’articles de couture Veritas aux premières heures de la journée. (Photo: Paperjam)

1 / 3

Les élastiques nécessaires à la fabrication des masques ont vite manqué dans les rayons. (Photo: Paperjam)

2 / 3

L’enseigne de loisirs créatifs a déjà préparé des signalétiques pour simplifier les achats des couturières. (Photo: Paperjam)

3 / 3

Un petit peu plus loin dans la boutique de vêtements pour femmes Lola & Liza, c’est le calme plat. Une cliente quitte les lieux avec un seul achat, tandis qu’Olivia, la responsable du magasin, se montre résignée: «On s’y attendait, on a vu la chute dans les pays qui ont rouvert avant nous.» L’enseigne n’affiche, pour l’heure, pas de soldes hormis quelques fins de série traditionnellement rangées dans le fond du magasin.

La Fête des mères pour rebondir?

Par contre, chez le géant du prêt-à-porter C&A, des ristournes jusqu’à 70% sont annoncées, sans pour autant générer une cohue vers le magasin. Quant à l’enseigne luxembourgeoise Freelander’s, quelques clients se font conseiller dans une ambiance calme. Bien que les projets de vacances de la population soient pour le moment incertains, les ventes d’équipement pour les loisirs en plein air continuent. «Même en étant confiné, on a quand même quelques activités d’extérieur à faire au Luxembourg», souligne Sandra. La vendeuse constate surtout une demande au niveau des chaussures et des pantalons de randonnée.

Dans un autre registre, la clientèle se fait attendre à la bijouterie Bigor, où la vendeuse Eugénie espère «petit à petit» remonter. «Il y a la Fête des mères le 14 juin au Luxembourg», explique-t-elle. «On a quand même des gens qui viennent aujourd’hui pour des petits cadeaux d’anniversaire.»

«Les commerçants sont hyper heureux de rouvrir leurs commerces, cela fait quand même huit semaines qu’on est fermé», commente Manu Konsbruck, directeur du centre commercial situé à Bertrange.

Les commerçants sont hyper heureux de rouvrir leurs commerces.

Manu Konsbruck,  directeur du centre commercial,  La Belle Étoile

Si lundi quelques commerces sont restés fermés, c’est surtout pour des délais liés à des travaux de désinfection et de personnel, dont certains employés contraints de garder leurs enfants en raison de la fermeture des écoles.

Quant aux commerces actuellement en cours d’ouverture, le spécialiste des collants Calzedonia devrait démarrer la semaine prochaine, tandis que les travaux d’aménagement du Cocottes débutent cette semaine dans l’ancienne agence de la Spuerkeess. Des fermetures dues au coronavirus? «Pour l’instant, je n’ai pas eu d’échos», assure le responsable.