POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Covid-19

L’UE prête à bloquer l’exportation de vaccins?



«L’Union européenne prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger ses citoyens et ses droits», a prévenu, lundi, la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides. (Photo: Commission européenne/Twitter)

«L’Union européenne prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger ses citoyens et ses droits», a prévenu, lundi, la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides. (Photo: Commission européenne/Twitter)

AstraZeneca a prévenu que la moitié des doses prévues pourraient ne pas être livrées à l’UE. Inacceptable, selon l’Union, qui exige que ses contrats soient pleinement honorés. Et une transparence totale quant aux exportations de vaccins en dehors de son territoire.

La tension monte autour des vaccins. Et l’Union européenne est montée d’un ton. AstraZeneca a «créé la surprise», vendredi, en annonçant que la quantité de vaccins livrés à l’UE – 100 millions réservés pour le premier quart de l’année 2021 – pourrait être revue à la baisse de moitié, alors même que l’Agence européenne des médicaments devrait autoriser la mise sur le marché du vaccin d’ici à la fin de la semaine.

Ce que n’est pas prête à accepter la Commission européenne, alors que la campagne de vaccination connaît un démarrage difficile dans les États membres. «Cette modification du calendrier n’est pas acceptable pour l’Union européenne», a prévenu, lundi, la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides, qui estime que l’UE, qui a préfinancé le développement et la production rapides de plusieurs vaccins pour un montant total de 2,7 milliards d’euros, doit recevoir ses doses «le plus tôt possible» et voir son contrat «pleinement honoré».

Transparence totale exigée

La Commission, qui a interrogé l’entreprise sur les raisons de ce retard, considère que «les réponses de [cette dernière] n’ont pas été satisfaisantes». Elle souhaite désormais savoir avec précision quelles doses ont été produites jusqu’à présent par AstraZeneca, à quel endroit exactement, et à qui elles ont éventuellement été livrées.

De manière plus générale, elle souhaite qu’un mécanisme de transparence des exportations soit mis en place dès que possible. «Nous voulons la clarté sur les transactions et une transparence totale en ce qui concerne l’exportation de vaccins à partir de l’Union», a précisé Stella Kyriakides.

«À l’avenir, toutes les entreprises produisant des vaccins contre le Covid-19 dans l’Union devront à chaque fois notifier rapidement leur volonté d’exporter des vaccins vers des pays tiers.» Ce qui laisse planer le doute quant à la possibilité que des exportations de vaccins hors UE soient bloquées si celle-ci s’estime lésée.