POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

projet européen «Discovery»

Un traitement à l’essai sur un premier patient au CHL



Un premier patient a été recruté jeudi 30 avril au CHL, sur les 60 qui permettront d’évaluer l’efficacité de quatre traitements contre le Covid-19. (Photo: Shutterstock)

Un premier patient a été recruté jeudi 30 avril au CHL, sur les 60 qui permettront d’évaluer l’efficacité de quatre traitements contre le Covid-19. (Photo: Shutterstock)

Un premier patient luxembourgeois a été recruté ce jeudi au CHL dans le cadre de l’essai clinique européen «Discovery». Celui-ci vise à évaluer quatre traitements contre le Covid-19. 3.200 patients seront recrutés à terme dans différents pays européens, dont 60 au Luxembourg.

Début de la participation luxembourgeoise dans  l’essai clinique européen «Discovery» , qui vise à évaluer l’efficacité de quatre traitements contre le Covid-19. Un premier patient a en effet été recruté ce jeudi au Centre hospitalier de Luxembourg (CHL).

Le remdésivir, le lopinavir, le ritonavir et l’hydroxychloroquine, quatre molécules antivirales classées comme traitements expérimentaux prioritaires par l’OMS, seront ainsi testées sur 60 patients luxembourgeois atteints de formes modérées à sévères de la maladie, au CHL et aux Hôpitaux Robert Schuman.

Ces options de traitement seront attribuées au hasard aux participants, bien que les patients et les médecins sauront quelle modalité a été administrée. L’efficacité et l’innocuité des médicaments seront évaluées 15 jours après le recrutement de chaque participant.

Des solutions de traitement concrètes

«L’objectif du projet est de fournir des solutions de traitement concrètes à un nombre croissant de patients dans un état critique au plus vite», déclare l’investigateur principal de l’étude, le docteur Thérèse Staub du CHL. Pour le moment, il n’existe en effet aucun traitement spécifique pour le Covid-19.

«La force de l’essai réside dans sa nature proactive et adaptative, qui permettra d’affiner les thérapies testées en temps réel, en excluant celles qui s’avèrent inefficaces et en les remplaçant par de nouveaux médicaments en cours de développement dans le cadre de projets de recherche en cours», explique le communiqué du LIH, qui coordonne l’étude pour le Luxembourg. «Cela permettra d’identifier rapidement les traitements les plus efficaces et d’intervenir sur les patients atteints de Covid-19.»

Lancée en France depuis le 22 mars, l’étude «Discovery» inclut 3.200 patients à travers l’Europe, notamment en Belgique, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne.