LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Renzi au coeur de la polémique

Tarantula embarquée dans un mauvais polar italien



Donato Rotunno ne s’explique pas comment sa société s’est retrouvée mêlée à un affrontement entre pro et anti-Renzi. (Photo: Tarantula Distribution)

Donato Rotunno ne s’explique pas comment sa société s’est retrouvée mêlée à un affrontement entre pro et anti-Renzi. (Photo: Tarantula Distribution)

Lundi après-midi, une question parlementaire italienne interrogeait sur les liens de la Rai avec la société de production luxembourgeoise Tarantula. Ou comment déployer un écran de fumée avant un rocambolesque reportage d’investigation sur l’ancien Premier ministre italien, Matteo Renzi.

«Le scénario ne passerait même pas le comité de lecture!» Donato Rotunno s’amuserait presque de se retrouver au beau milieu d’un mauvais film de télévision italien à l’intrigue politico-médiatique mêlant des politiques de premier plan, les services secrets, le Vatican et Alitalia, si cela n’avait pas déjà eu une conséquence grave pour sa société: au moment où le député italien, Luciano Nobili, un proche de Matteo Renzi, interroge le ministre italien de l’Économie sur les liens entre la société luxembourgeoise et la télévision publique au sujet d’une facture de 25.000 euros, le serveur luxembourgeois de Tarantula a été attaqué par des pirates le 20 avril. La Cyberforce de Post a débranché le serveur ce lundi en attendant de savoir comment réagir.

«Ils étaient vraiment mal informés s’ils pensaient trouver quoi que ce soit sur notre serveur! Mais cette histoire est une mascarade complète», s’agace M. Rotunno, joint ce mardi après-midi. «Je ne peux même pas attaquer le député, il va se retrancher derrière son immunité parlementaire. Je démens formellement tout paiement et tout contrat avec la Rai. C’est totalement ridicule parce que tout le monde sait que cela ne se passe jamais comme ça! La Rai ne paie jamais une coproduction à un producteur non italien! Ils ont choisi une société du Luxembourg parce que cela semblait assez sulfureux, comme ils auraient pu en choisir une en Suisse ou au Liechtenstein! Je ne fais pas de vidéos ni de reportages de ce type, mais des films de fiction, depuis 25 ans! Un cinéma d’auteur et indépendant. Remarqué par les Golden Globes et les Oscars!»

Comment un député italien, fût-il d’extrême mauvaise foi, a-t-il pu pointer la «petite» société luxembourgeoise? Mystère. À moins qu’il soit tombé, le 15 octobre dernier, sur le passage du film de Tarantula «Io sto bene», à Rome, dans le cadre du festival Alice Nella Città. Selon les proches du député, la rumeur de ce contrat et des liens de Francesco Maria Tuccillo, ancien cadre de Piaggio Aerospace, avec Tarantula date d’il y a deux ou trois mois. «Je ne suis au courant de rien! Je l’ai découvert hier soir», insiste le fondateur de la société de production.

En essayant de décrédibiliser les journalistes de Report, un magazine d’investigation de la Rai 3, M. Nobili espérait torpiller l’intérêt pour une enquête sur M. Renzi qui était diffusée le soir même . Sur une vidéo, tournée par une conductrice sur une aire de repos d’une autoroute italienne, on voit le leader d’Italia Viva discuter pendant 40 minutes avec le James Bond italien en décembre dernier. Que se sont-ils dit? La discussion intervenait au moment où la coalition dirigée par Giuseppe Conte était dans l’oeil du cyclone, la direction des services secrets étant un des sujets délicats.

Positif, M. Rotunno préférait remarquer d’abord le soutien unanime de la communauté italienne au Luxembourg et ensuite l’intérêt pour ses productions qui sont apparus avec ce micmac. «Nous sommes contraints – malgré l’absurdité de l’histoire – de devoir nier la totalité de l’affaire avec une extrême fermeté. Tarantula Luxembourg Sàrl n’a jamais émis de facture de ce montant ni à la Rai ni à Report ni à aucune des personnes impliquées dans cette affaire absurde. Nous ne pouvons pas imaginer la raison de ces calomnies, mais nous évaluerons aux endroits appropriés les actions en justice à entreprendre», avait directement indiqué Tarantula lundi soir. «Cependant, merci pour la publicité!»