LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être & Sport

équipement

Le tapis de course, roue de secours du joggeur



Même si l’engin est relativement encombrant dans un salon, mieux vaut choisir un tapis de course le plus long possible pour s’assurer de pouvoir développer sa foulée. (Photo: Shutterstock)

Même si l’engin est relativement encombrant dans un salon, mieux vaut choisir un tapis de course le plus long possible pour s’assurer de pouvoir développer sa foulée. (Photo: Shutterstock)

Dans les salles de fitness, les hôtels et les salons, les tapis de course rendent de précieux services aux joggeurs privés de sortie. Comment bien le choisir? Divers critères sont à analyser, selon l’usage qu’on compte lui réserver.

Pour la plupart des joggeurs, rien ne remplace une séance de course en plein air. Mais il arrive parfois que la météo soit vraiment trop pourrie, que le temps manque ou que des mesures de confinement empêchent d’aller plus loin que jusqu’au coin de la rue – tout ceci n’étant évidemment que pure fiction.

Dans tous ces cas de figure, le tapis de course offre une solution pour maintenir son entraînement dans des conditions les plus proches possible du macadam… en limitant les chocs articulaires. Une des raisons, sans doute, qui en font l’appareil de fitness le plus vendu au monde.

Mais les modèles sont nombreux, et le choix, pas toujours simple à effectuer. Outre la place que prendra l’engin dans votre appartement – certains sont plus compacts que d’autres –, il est important de tenir compte de quelques critères de base avant de faire son choix. Et avant tout de bien jauger l’usage que vous voulez en faire.

1.      La surface du tapis

C’est le premier élément à prendre en compte. Sa longueur dépendra de l’amplitude de votre foulée, en tenant compte que celle-ci s’allonge en gagnant en vitesse. La largeur permet, elle, un confort et une sécurité de course.

Les tailles standard varient entre 30 et 56cm pour la largeur, et 100 et 160cm pour la longueur. Pour une pratique régulière à partir de 10km/h, il est conseillé de choisir un tapis d’au moins 130cmx40cm.

2.     La vitesse

La plupart des modèles proposent des vitesses allant jusqu’à 16km/h. Ce qui est en général suffisant. Mais certains proposent des vitesses plus élevées pour permettre des entraînements fractionnés (accélérations sur des distances plus ou moins longues). Pour cette raison, certains conseillent d’opter pour une vitesse maximale de 4 km/h supérieure à la vitesse moyenne d’entraînement.

3.     Le moteur 

C’est lui qui rythmera la cadence du tapis. Plus vous cherchez à pouvoir réaliser un entraînement intensif, plus sa puissance devra être importante. Affichée en cv, elle démarre généralement à 1,5cv, pour un usage doux, et sera de plus de 2,5cv pour le joggeur qui cherche à réellement se faire transpirer. Notez aussi que votre poids a de l’importance. Un coureur plus lourd (au-delà de 100kg) freine le mécanisme de rotation et devra choisir un modèle plus puissant.

4.     L’inclinaison

Pour durcir sa session, rien de tel que d’attaquer l’une ou l’autre grimpette. C’est possible aussi chez soi si le tapis de course que l’on possède le propose. Et la plupart le font, qu’il s’agisse d’une fonction mécanique, électronique, voire même reliée à un programme de réalité virtuelle qui permet de transposer les difficultés d’un parcours réel sur son tapis.

Les engins classiques proposent en général des options allant jusqu’à 10% d’inclinaison, ce qui représente déjà un bel effort. Pour pouvoir taper dans le dur, il est possible de monter jusqu’à 16 ou 18%.

5.     L’amorti

Un bon amorti n’est pas toujours un ami. S’il permet de réduire les chocs, il rend assez mal les conditions de course. Si vous êtes habitué au bitume, choisissez un appareil à l’amorti faible pour reproduire au mieux les conditions de route et assurer l’efficacité de la foulée.

6.     Les programmes

Les consoles installées sur les tapis de course proposent différents programmes: simulation d’entraînement, variation de l’effort, reproduction d’un parcours réel… Il y en a pour tous les goûts et, surtout, pour toutes les bourses.

Cet article est issu de la newsletter Paperjam Running, le rendez-vous mensuel pour suivre l’actualité du running au Luxembourg.  Vous pouvez vous abonner en suivant ce lien.