POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Déconfinement

Les soins de santé rétablis le 4 mai



Les soins médicaux non urgents peuvent reprendre, mais dans des conditions strictes de sécurité sanitaire. (Photo: Shutterstock)

Les soins médicaux non urgents peuvent reprendre, mais dans des conditions strictes de sécurité sanitaire. (Photo: Shutterstock)

Les soins de santé retrouveront un rythme quasi normal à partir de lundi 4 mai. La plupart des professions médicales reprendront leurs activités, selon un schéma de sécurité bien établi.

À partir du lundi 4 mai, l’activité médicale pourra reprendre normalement, sans distinction de la nature du problème de santé. Le gouvernement a pris cette décision en constatant la diminution du nombre de nouvelles infections et en tenant compte des effets indésirables qui pourraient résulter, à moyen terme, des limitations d’accès aux soins.

Cette reprise de l’activité médicale concerne toutes les catégories de médecins, dans le secteur extra-hospitalier et hospitalier, ainsi que certaines professions de santé libérales telles que les infirmiers, sages-femmes, kinésithérapeutes et les psychothérapeutes.

Mais cette reprise se fera dans la plus grande vigilance, tant qu’un vaccin ou un traitement n’aura pas été trouvé. L’ensemble de la prise en charge sera donc organisé de manière à assurer que la protection du patient soit garantie à tout moment lors de sa consultation.

Des mesures strictes

Le recours à la téléconsultation reste privilégié, mais des mesures seront prises lors des consultations pour respecter les conditions d’hygiène et éviter tout risque de transmission.

Les rendez-vous seront planifiés de façon à garantir une distance de 2 mètres entre les patients présents dans la salle d’attente. À son entrée dans la salle d’attente, le patient devra se désinfecter les mains et être équipé d’un masque.

Les centres de soins avancés seront maintenus, à l’exception de la filière prévue pour les patients non Covid. Elle sera reprise par les cabinets médicaux à partir du 4 mai. Les horaires seront adaptés (10h-18h, au lieu de 8h-20h). De même, le service des urgences médico-dentaires et le nouveau dispositif de prise en charge mis en place dans les maisons de soins resteront applicables pour le moment.

Dans les hôpitaux, également, l’accès aux soins ne sera plus limité aux soins aigus, non déprogrammables ou urgents. Les activités médicales et chirurgicales y seront reprises selon plusieurs critères de priorisation tels que leur intérêt en termes de santé publique, leur impact sur les ressources hospitalières et la gestion des risques, et leur impact sur le parcours de soins en aval de l’hôpital aigu.