POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Pandémie

La situation sanitaire s’améliore en Moselle



À Metz, comme dans toutes les villes de Moselle de plus de 10.000 habitants, la consommation d’alcool sur la voie publique est désormais interdite. (Photo: Shutterstock)

À Metz, comme dans toutes les villes de Moselle de plus de 10.000 habitants, la consommation d’alcool sur la voie publique est désormais interdite. (Photo: Shutterstock)

Le taux d’incidence a diminué en une semaine dans une Moselle où on ne pourra plus boire d’alcool sur la voie publique dans les villes de plus de 10.000 habitants. 

Après s’être fortement dégradée, la situation de la Moselle semble aller un peu mieux, si on se fie aux chiffres présentés par le préfet Laurent Touvet lors de son point presse – désormais habituel – du mardi. Le département français est «en voie d’amélioration», selon ses explications.

Après avoir connu un pic une semaine plus tôt au niveau de son taux d’incidence avec 315 nouveaux cas pour 100.000 habitants, la Moselle est redescendue cette semaine à un chiffre de 284. «Une baisse lente mais continue», a lancé le préfet, avant d’ajouter que «ce n’est qu’un début et qu’il faut être très prudent dans l’interprétation de ces premiers signes». 

Les pharmacies ouvertes après 18h

Par ailleurs, en réponse aux mesures de restriction (en vigueur depuis mardi) décidées par Berlin concernant la frontière Moselle-Allemagne, une décision a été prise afin de permettre aux travailleurs frontaliers de pouvoir obtenir plus facilement les tests désormais obligatoires au passage de la frontière.

Les pharmacies sont ainsi désormais autorisées à ouvrir plus tard que 18h, heure du début du confinement en Moselle. «Et les personnes qui iraient se faire tester dans ces pharmacies après le couvre-feu ne seront pas verbalisées», a assuré Laurent Touvet, comme le rapportent nos confrères du Républicain Lorrain. 

Enfin, on peut également noter une autre mesure: l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique dès ce mercredi dans les villes de plus de 10.000 habitants. Une décision prise en concertation avec le préfet du département de la Meurthe-et-Moselle.

Une manière de tenter d’empêcher les rassemblements aux abords des établissements proposant ces boissons lorsque le beau temps pousse à sortir de chez soi.