ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Cri du cœur

Le secteur événementiel dit halte à la morosité



Le secteur de l’événement rappelle que faire la fête n’est plus interdit. (Photo: Shutterstock)

Le secteur de l’événement rappelle que faire la fête n’est plus interdit. (Photo: Shutterstock)

Malgré la fin des interdictions de rassemblement, les manifestations de grande envergure tardent à refaire surface. Le secteur événementiel bat donc le rappel pour rappeler que beaucoup de choses sont désormais possibles.

N’attendez plus pour faire la fête! Alors que les craintes restent fortes par rapport à l’épidémie qui plombe cette année 2020, la Luxembourg Event Association (LEA) rappelle que, aujourd’hui, organiser des événements est de nouveau possible.

Un message lancé comme un cri d’alarme pour un secteur qui a subi le choc du confinement frontalement et met énormément de temps à se relever. «Tout n’est évidemment pas possible, mais depuis le 25 juillet dernier, les interdictions ont été levées concernant l’organisation d’événements», insiste Charles Schroeder, le président de la LEA.

Il note que les gens restent très frileux, et que peu de choses se font actuellement, malgré le retour à la normale, dans le respect des gestes barrières. «Le secteur est vraiment fragilisé, la crise a vraiment creusé un grand fossé. Il faudra encore des mois pour revenir à la normale», estime le responsable de la LEA.

«Tout n’est plus interdit»

Pour un retour au «business as usual», ou presque, le secteur place ses espoirs dans un futur vaccin, mais aussi dans des tests rapides – le résultat obtenu en un quart d’heure –, qui pourraient permettre de rassembler à nouveau plusieurs milliers de personnes sur un même événement.

«Mais il faut que les gens se rendent bien compte que tout n’est plus interdit», insiste Charles Schroeder. «Même si vous ne pourrez pas faire venir un DJ, plus rien n’empêche d’organiser une fête de fin d’année entre collègues.»

Pour rassurer organisateurs et participants, la LEA rappelle également qu’elle a publié un guide, «Safe to Meet», qui informe et conseille les organisateurs, loueurs d’espaces et prestataires professionnels au sujet des mesures à adopter afin de préserver la santé de tous les personnels et du public.