POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

MON ANNÉE POLITIQUE (5/10)

«Réduire le temps de travail à 32h/semaine»



259134.jpg

David Wagner: «Une autre répartition des richesses entre le capital et le travail doit passer par la diminution du temps de travail.» (Photo: Maison Moderne / Archives)

Préparer la rentrée politique, c’est le devoir de vacances que Paperjam a donné à plusieurs acteurs de la vie publique! Aujourd’hui, David Wagner, député Déi Lénk, nous confie ses objectifs et les enjeux qui attendent le Luxembourg cette année.

Qu’attendons-nous de la part du gouvernement pour les prochains mois? Pas grand-chose, pourrions-nous répondre, étant donné que nous avons, à plusieurs reprises, et en dépit de quelques mesurettes, souligné son caractère fondamentalement libéral.

Et pourtant, les problèmes auxquels nous sommes confrontés appellent à des mesures prenant le contre-pied de la doxa libérale.

Commençons par un aspect plus international, mais aux effets néanmoins très concrets, à savoir le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, le Ceta. Après avoir été signé par les parties prenantes, il doit encore être ratifié par les Parlements. En toute vraisemblance, le Parlement luxembourgeois devra le ratifier cette année encore. C’est donc imminent.

Le gouvernement ne peut se cantonner au domaine public: il doit combattre avec vigueur la spéculation foncière.
David Wagner

David Wagner,  député,  Déi Lénk

Des deux côtés de l’Atlantique, les mouvements sociaux et environnementaux s’y opposent avec véhémence en raison de son caractère profondément antisocial et anti-écologique. La mobilisation se prépare au Luxembourg, et il faudra être nombreux afin de mettre la pression sur les député(e)s qui seraient tenté(e)s de le ratifier.

Vient ensuite la question du logement: la ministre Sam Tanson a déclaré qu’elle voulait amplifier la construction publique. C’est bien, encore faut-il se doter des moyens financiers conséquents et augmenter de manière sensible le parc foncier public. Mais le gouvernement ne peut se cantonner au domaine public: il doit combattre avec vigueur la spéculation foncière avec des mesures de taxation et d’expropriation des grands spéculateurs efficaces et démanteler les véhicules fiscaux permettant cette spéculation, tels que les fonds d’investissement spécialisés (Fis).

Le gouvernement doit réellement augmenter le salaire minimum.
David Wagner

David Wagner,  député,  Déi Lénk

Sur la question sociale, le gouvernement doit réellement augmenter le salaire minimum, en procédant à une répartition du capital vers le travail, et non à cette mesurette financée par un crédit fiscal (donc en grande partie par les salarié(e)s!).

Une autre répartition des richesses entre le capital et le travail doit passer par la diminution du temps de travail. Nous avons proposé de passer, graduellement, à 32 heures. Ce sera également une mesure permettant de partager le travail, notamment en faveur des plus jeunes.

Se posera également la question des recours collectifs en matière de protection des consommateurs. C’est une bonne chose, mais il faut aller plus loin et introduire cette même possibilité dans le domaine du droit du travail, car de nombreuses entreprises profitent des difficultés procédurales afin de réinterpréter le droit du travail à leur sauce, comme ce fut le cas dans le secteur du nettoyage.

Si le gouvernement et le CSV ont besoin d’aide, qu’ils sachent que notre proposition est toujours d’actualité!
David Wagner

David Wagner,  député,  Déi Lénk

Et, évidemment, il ne faut pas oublier de nettoyer les écuries d’Augias concernant les «fichiers» de la police et du Parquet. À nos yeux, le dossier est loin d’être clos, et nous n’écartons toujours pas la nécessité d’une commission d’enquête.

Finalement, la refonte de la Constitution. Lors de la dernière législature, nous avions rédigé une Constitution alternative, que nous avions déposée sous forme de proposition de loi (que la majorité, soit dit en passant, a veillé à ignorer splendidement). Cette refonte doit se faire avec l’implication de toutes les personnes résidant au Luxembourg. Si le gouvernement et le CSV ont besoin d’aide, qu’ils sachent que notre proposition est toujours d’actualité!