POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Selon l’ILR

Les recettes des télécoms en baisse



À l’heure où les opérateurs se préparent au déploiement de la 5G, leurs recettes ont chuté au premier semestre sous l’effet du Covid-19. (Photo: Shutterstock)

À l’heure où les opérateurs se préparent au déploiement de la 5G, leurs recettes ont chuté au premier semestre sous l’effet du Covid-19. (Photo: Shutterstock)

Les recettes des opérateurs de télécommunications sont en baisse au premier semestre, selon l’Institut luxembourgeois de régulation. La faute au Covid-19. Pour bénéficier de meilleures offres, dit le régulateur, il ne faut pas hésiter à changer.

«Le tableau de bord des communications électroniques, qui porte sur les données du premier semestre 2020, documente, entre autres, les répercussions de la crise sanitaire du Covid-19 dans le secteur des télécommunications. Même si les services fixes ont été épargnés, il n’en est pas de même pour les services mobiles qui ont été plus touchés par la crise sanitaire. Le revenu global du secteur au premier semestre baisse de 3,7% sur base annuelle, ceci essentiellement suite à la baisse des revenus de services mobiles (-9,0%)», indique le régulateur des télécoms dans son analyse des offres du marché.

Les revenus des opérateurs s’étaient montés à plus de 572 millions d’euros l’an dernier.

«Le roaming IN de clients étrangers au Luxembourg a fortement baissé au premier semestre, ralentissant ainsi la croissance des opérateurs mobiles des dernières années», dit encore l’Institut luxembourgeois de régulation. «La téléphonie fixe, en baisse depuis plus de 10 ans, connaît à présent un nouvel essor avec une nette hausse des volumes. L’ILR constate également dans son document que les accès internet fixes continuent à migrer vers des vitesses supérieures ou égales à 100Mbps.»

Pour aller plus dans le détail, il faut lire le document complet de l’ILR , car pour ne pas comparer des pommes et des poires, le régulateur a défini des profils d’utilisation des mobiles et des offres à domicile, et livre une analyse plus fine du marché. Avec une recommandation en filigrane: si un consommateur trouve qu’il paie trop cher pour sa consommation, qu’il soit attentif aux autres offres. Il pointe aussi le rôle des promotions, pas toujours limitées dans le temps et qui permettent encore de faire baisser la facture.