PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Investissements

Quintet vise les obligations vertes en dollars avec Robeco



Robeco et Quintet misent sur la détermination du président américain Joe Biden à lutter contre le réchauffement climatique. (Photo: Shutterstock)

Robeco et Quintet misent sur la détermination du président américain Joe Biden à lutter contre le réchauffement climatique. (Photo: Shutterstock)

Quintet Private Bank et la banque néerlandaise Robeco se sont associées dans une opération qui vise l’investissement dans les green bonds en dollars.

La banque privée luxembourgeoise Quintet Private Bank s’est associée à la néerlandaise Robeco dans une stratégie basée sur les obligations vertes en dollars. Suite aux priorités émises par le président Joe Biden pour la lutte contre le réchauffement climatique, elles estiment que l’on devrait assister à un boum des green bonds en dollars.

La banque néerlandaise a ainsi créé RobecoSAM US Green Bonds, qui offre une exposition diversifiée au marché américain des obligations vertes. L’objectif est de «favoriser un impact environnemental positif tout en visant à générer une plus-value à long terme supérieure à l’indice Bloomberg Barclays MSCI USD Green Bond», expliquent les deux partenaires dans un communiqué.

Dans cette association, Quintet sera un partenaire exclusif dans les six mois suivant le lancement. La banque luxembourgeoise a ciblé un engagement initial de 125 millions d’euros. Les green bonds en dollars seront déployés dans les portefeuilles discrétionnaires de Quintet dans le cadre de sa stratégie «durable par défaut».

Pourquoi miser sur les obligations américaines? Parce que, expliquent-ils, si l’Europe domine actuellement le marché mondial des obligations vertes avec 60% du volume mondial des émissions, «les États-Unis semblent désormais déterminés à combler cet écart».

Ils estiment que les émissions d’obligations vertes libellées en dollars devraient exploser. Elles devraient pulvériser cette année le record des 95 milliards de dollars comptabilisé pour l’année 2020, après un premier semestre qui se solde par un bilan intermédiaire de 65 milliards USD.