ENTREPRISES & STRATÉGIES — Immobilier

Olivier Bastin (Immobel)

«Nous entendons ne pas en rester là»



ob.jpg

Immobel espère investir davantage au Luxembourg. Six projets sont actuellement en cours. (Photo: Immobel)

Le projet immobilier Infinity n’est pas encore sorti de terre qu’il fait déjà parler de lui. Jeudi sera ainsi posée la première pierre de la tour de 25 étages, qui poussera à quelques pas de la Philharmonie au Kirchberg. Un événement en présence du Premier ministre et de la bourgmestre de la ville. En prémices de celui-ci, Olivier Bastin, CEO d’Immobel, promoteur du projet, a répondu aux questions de Paperjam.

Un Premier ministre, une bourgmestre et la venue de l’architecte Bernardo Fort-Brescia en direct de Miami… l’objectif était de «marquer le coup» pour la pose de la première pierre?

«C’est un projet important pour la ville en général et pour le Kirchberg en particulier. Pour Immobel, c’est également un projet iconique dans un marché qui nous tient particulièrement à cœur. De plus, on n’a pas tous les jours l’occasion de redessiner la skyline et la porte d’entrée d’un des quartiers les plus importants de la ville…

Voulez-vous lancer un message au secteur immobilier et aux politiques avec cet événement et donc la construction d’Infinity?

«Le démarrage de la construction est à la fois un aboutissement et un commencement. Nous avons travaillé dur entre mi 2014 et le 3e trimestre 2015 pour gagner ce concours. Depuis, nous avons œuvré sans relâche afin de pouvoir passer à l’étape suivante du développement. À travers cet événement, nous désirons également souligner notre intention d’investir davantage au Luxembourg. Nous avons actuellement six projets sur ce marché et entendons ne pas en rester là.

Le profil des acquéreurs est très varié.

Olivier Bastin, CEO d’Immobel

Comment se déroule la commercialisation de la tour?

«Elle se déroule très bien. 8 à 10 appartements trouvent preneurs chaque mois depuis le démarrage de la commercialisation. C’est presque deux fois plus rapide que dans nos grands projets belges, ce qui démontre encore une fois la vigueur du marché luxembourgeois. Nous atteindrons prochainement la barre des 50%. Il est également intéressant de noter que le profil des acquéreurs est très varié. Il y a des Luxembourgeois et des étrangers, des jeunes et des moins jeunes, des investisseurs intéressés par une rentabilité de 3% à 3,5% dans un produit sûr avec de belles perspectives de plus-value, des occupants séduits par le concept assez unique et des personnes qui veulent mettre l’appartement en location quelques années pour probablement venir y vivre par la suite.»