PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Marchés financiers

Conseil des gouverneurs

Quelles mesures la BCE sortira-t-elle de son chapeau?



265440.jpg

Une nouvelle réunion importante est attendue, ce jeudi, au siège de la Banque centrale européenne à Francfort. (Photo: Shutterstock)

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunira ce 12 septembre. Il devrait annoncer de nouvelles mesures, dont une nouvelle baisse des taux de dépôt pour les liquidités bancaires, déjà en territoire négatif.

L’ensemble des acteurs financiers européens auront les yeux tournés vers Francfort ce jeudi 12 septembre. À moins de deux mois du passage de témoin à Christine Lagarde , Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), s’apprête à annoncer de nouvelles mesures pour soutenir la croissance et tenter désespérément de faire monter le taux d’inflation.

La première devrait concerner le taux de dépôt, celui auquel les banques placent leurs liquidités auprès de la BCE. Depuis la dernière réunion du conseil des gouverneurs , fin juillet, la plupart des analystes s’attendent à ce qu’il glisse encore un peu plus en territoire négatif.

Un tour de vis avec accommodements

Actuellement, le taux est de -0,4%. Ce jeudi, «Super Mario», en guise de testament, pourrait annoncer un taux de -0,5%, voire -0,6%. Une décision qui devrait encore faire grincer des dents dans le monde bancaire. Mais, comme elle l’a laissé entendre, l’institution de Francfort devrait assortir cette mesure d’une certaine progressivité. Tous les dépôts ne seraient plus taxés à ce niveau. Mais l’objectif reste de pousser les banques à injecter de l’argent dans l’économie réelle.

La BCE pourrait aussi annoncer une prolongation de sa politique des taux bas sur une période plus lointaine que le premier semestre 2020, dernière échéance programmée jusqu’à présent.

Christine Lagarde, qui quittera la direction du Fonds monétaire international ce 12 septembre pour rejoindre la BCE le 1er novembre, a, elle aussi, estimé, devant le Parlement européen, début septembre, qu’une politique monétaire très accommodante était nécessaire sur une période prolongée.

Un nouveau programme de rachat d’actifs?

Le conseil des gouverneurs pourrait aussi annoncer un nouveau programme de rachat d’actifs («quantitative easing»). Il en avait déjà lancé un début 2015 et ne l’avait arrêté que fin 2018 , après avoir dépensé 2.600 milliards d’euros en rachat de dettes.

Un consensus sur ce sujet pourrait toutefois être encore jugé prématuré par une partie du conseil, la situation économique de l’Europe n’étant pas en si mauvais point, même si la croissance ralentit.