POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Affaire Forex

Quatre banques sanctionnées par la Commission européenne



Margrethe Vestager, commissaire en charge de la politique de la concurrence, a épinglé les banques Barclays, HSBC, RBS et Credit Suisse. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

Margrethe Vestager, commissaire en charge de la politique de la concurrence, a épinglé les banques Barclays, HSBC, RBS et Credit Suisse. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne/archives)

La Commission européenne a clôturé son enquête portant sur l’entente dans le marché des opérations de change au comptant, autrement appelée «affaire Forex», en infligeant des amendes à quatre banques (Barclays, RBS, HSBC et Credit Suisse) pour un total de 344 millions d’euros.

La Commission européenne a infligé de lourdes amendes à quatre banques reconnues coupables d’une entente sur le marché des opérations de change (affaire Forex). Dans le détail , et malgré des réductions prévues en cas de collaboration avec les enquêteurs, la banque Barclays a écopé d’une amende de 54,3 millions d’euros. La banque RBS a écopé d’une amende d’un peu plus de 32 millions d’euros alors que la banque HSBC a été très lourdement punie avec une amende de 174,2 millions d’euros.

Seule la banque Credit Suisse n’a pas pu bénéficier de réduction puisqu’elle n’a pas coopéré dans le cadre des procédures de clémence ou de transaction, et a écopé d’une amende de 83 millions d’euros.

Enfin, la banque UBS a réussi à éviter une sanction financière dans la mesure où elle a révélé l’affaire auprès de la Commission européenne. La banque suisse échappe à une amende de 94 millions d’euros.

«Nous clôturons aujourd’hui notre sixième enquête menée depuis 2013 sur des ententes dans le secteur financier et concluons le troisième volet de notre enquête sur le marché des opérations de change au comptant. Nos décisions en matière d’ententes, qui mettent à l’amende UBS, Barclays, RBS, HSBC et Credit Suisse, rappellent clairement que la Commission a la volonté ferme de veiller à ce que le secteur financier soit sain et concurrentiel, ce qui est essentiel pour l’investissement et la croissance. Le marché des opérations de change au comptant est l’un des plus grands marchés financiers du monde. Le comportement collusoire des cinq banques a porté atteinte à l’intégrité du secteur financier au détriment de l’économie et des consommateurs européens», a déclaré Margrethe Vestager, commissaire en charge de la politique de la concurrence.