POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

énergie nucléaire et Météo

La centrale de Cattenom a fait tomber la neige



En quelques heures, un épais manteau blanc de près de 30cm par endroits est tombé. Alors qu’à 10km, il n’y avait rien.  (Photo : Amandine M. / Météo Grand-Est)

En quelques heures, un épais manteau blanc de près de 30cm par endroits est tombé. Alors qu’à 10km, il n’y avait rien.  (Photo : Amandine M. / Météo Grand-Est)

Le secteur français de Cattenom, à deux pas de la frontière luxembourgeoise, a été touché ce mardi par une grande quantité de neige tombée de manière très localisée, alors qu’il n’y avait rien ailleurs. Un phénomène dû à la centrale nucléaire. Explications. 

Si la centrale nucléaire de Cattenom, en Moselle, a annoncé ces dernières heures qu’un incident de niveau 1 (sur les sept que compte l’échelle INES) s’était déclaré fin janvier sans impact sur la sûreté, c’est pour une tout autre raison qu’elle a fait parler d’elle ce mardi matin. Elle a, en effet, provoqué un phénomène météo spectaculaire et très localisé. À savoir un épisode neigeux dans un rayon de 10km autour de la centrale qui s’est remarqué sur les radars météorologiques. Et a recouvert en cours de journée les alentours d’une couche allant jusqu’à 30cm de neige, alors qu’ailleurs en région, seuls quelques flocons étaient observés.

Lié aux tours de refroidissement

«Ce phénomène est lié au système de refroidissement de la centrale», explique Florian Pasiecznik, météorologue professionnel habitant Valleroy, en Meurthe-et-Moselle, et qui anime les pages Facebook et Twitter Météo Grand Est. «On voit souvent ce qui ressemble à un nuage s’échapper des tours de refroidissement. On croit généralement que c’est de la fumée. Mais il n’en est rien. Il s’agit de vapeur d’eau, de buée, due au refroidissement. Ce ‘nuage’ est composé de gouttelettes d’eau qui s’amoncellent pour former, au contact de l’air froid, des petits cristaux. Ceux-ci s’amoncellent à leur tour. Et quand ils deviennent trop lourds, ils retombent. Soit en pluie, soit en neige, comme cette fois-ci.» En neige dite «artificielle», qui n’a rien de toxique.

Un phénomène assez fréquent

Un phénomène qui n’est pas vraiment rare. «C’est plutôt ‘classique’ autour de grands sites industriels comme celui de Cattenom. Il est même assez fréquent quand il fait froid et que l’atmosphère est calme. Par contre, ce qui est moins courant, c’est la quantité de neige qui est tombée cette fois-ci.»

Mais là aussi, tout s’explique assez facilement. Vu les températures extérieures, le public a tendance à consommer davantage d’électricité. «D’où une hausse du besoin en énergie et une centrale qui tourne bien», complète Florian Pasiecznik. «Ce qui a provoqué un refroidissement plus important du système, et donc plus d’humidité rejetée par les tours de refroidissement. Et comme il n’y avait pas vraiment de vent, même en altitude, tout est retombé dans une zone restreinte. Plutôt que de se dissiper sur un plus grand périmètre.»

Ce qui a provoqué quelques ennuis de circulation pour les automobilistes, que le verglas, présent ailleurs dans la région, n’a pas vraiment aidés non plus…