POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Sécurité sociale

La quadripartite santé avec deux mois de retard



Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale, conduira sa septième quadripartite de printemps, aux côtés de Paulette Lenert pour laquelle ce sera une première. (Photo: Ministère de l’Agriculture)

Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale, conduira sa septième quadripartite de printemps, aux côtés de Paulette Lenert pour laquelle ce sera une première. (Photo: Ministère de l’Agriculture)

Les acteurs de la santé et de la sécurité sociale se retrouvent ce mercredi à la Chambre de commerce pour la traditionnelle table ronde de printemps dédiée à l’examen de la situation financière de l’assurance maladie-maternité, dans un contexte particulier.

Le confinement et la crise sanitaire ont sans surprise bousculé l’agenda habituel de la quadripartite santé, d’habitude organisée en avril et octobre. Signe que les affaires courantes reviennent sur le devant de la scène, les ministres de la Sécurité sociale, Romain Schneider (LSAP), et de la Santé,  Paulette Lenert (LSAP), déléguée à la Sécurité sociale, ont convié les représentants des organisations professionnelles représentatives des salariés et employeurs ainsi que ceux des prestataires de santé pour faire le point sur les comptes de la Caisse nationale de santé. Avec un invité de marque cette année: le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP).

En effet, au-delà de «la situation financière de l’assurance maladie-maternité, ainsi que les dernières prévisions financières pour les années 2020 et 2021», «cette réunion du comité quadripartite sera l’occasion d’aborder l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur l’assurance maladie-maternité et de tirer les premières conclusions», indiquent les ministères compétents.

La chute libre des recettes de la CNS depuis mars – le gouvernement prévoit que ses recettes fondent pour atteindre 281 millions d’euros en 2020 et 342 millions d’euros en 2021, contre 1,1 milliard d’euros en 2019 – devrait conduire la quadripartite à déroger à une tradition ancrée depuis plusieurs années: la négociation de remboursements plus avantageux  pour les assurés, menée lors de la quadripartite d’automne sur base des bons résultats présentés au printemps.