POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Sécurité sociale

La CNS dispose d’un joli bas de laine



241712.jpg

Étienne Schneider et Romain Schneider se sont réjouis de présenter un très beau bulletin. (Photo: ministère de la Santé)

Les ministres de la Santé et de la Sécurité sociale, Étienne Schneider et Romain Schneider, ont présenté le bilan de la CNS pour l’année 2018. Mais aussi les projections financières pour 2019 et 2020.

La Caisse nationale de santé (CNS) se porte bien, et même très bien. Les ministres de la Santé et de la Sécurité sociale,  Étienne Schneider  et  Romain Schneider , étaient donc tout sourires au moment de présenter le bilan 2018 et les prévisions pour 2019 et 2020, à l’issue de la réunion du comité quadripartite qui s’est déroulée à Mondorf.

869,7 millions de solde global cumulé

En 2018, l’exercice s’est soldé par un surplus de 132,5 millions d’euros en ce qui concerne les opérations courantes.  Les estimations de novembre dernier évoquaient un montant de 128,7 millions . Du coup, le solde global cumulé est passé de 737,2 millions à 869,7 millions et constitue un joli bas de laine. Soit un taux de solde de 30% par rapport aux dépenses courantes.

Pour l’année en cours et celle à venir, les dernières estimations en ce qui concerne les opérations courantes évoquent un surplus de 24,4 millions d’euros en 2019 et 1,9 millions en 2020.

Des résultats qui s’expliquent, selon les ministres, par une bonne gestion financière de l’assurance maladie-maternité. «Cela malgré une augmentation des dépenses: revalorisation des carrières dans le domaine hospitalier, amélioration des prestations...», a commenté Romain Schneider. Joue aussi, évidemment, la dynamique de l’emploi et donc des assurés qui cotisent. Sans oublier le maintien de la contribution de 20 millions pour le volet maternité, intégré dans le budget de l’État pour 2019.

Une prise en charge financière directe

Pour la période 2018-2023, l’ambition sera de poursuivre la modernisation de la CNS et autres organes de sécurité sociale via la digitalisation et la simplification de l’accès pour les assurés. Mais aussi d’améliorer la prise en charge des prestations.

«Au cœur de ces efforts, il y a les assurés qui doivent actuellement avancer des montants parfois importants avant de pouvoir être remboursés. C’est pourquoi la prise en charge financière directe des prestations sera introduite tout en répondant aux nécessités des assurés, des prestataires et de la CNS», a encore indiqué Romain Schneider.

Étienne Schneider a, pour sa part, indiqué que la nouvelle loi hospitalière visait une optimisation de la prise en charge. Mais aussi que les efforts entamés pour améliorer le fonctionnement des urgences seront poursuivis, tout comme il s’agira de renforcer le secteur extrahospitalier.

Observatoire de la santé et Agence des médicaments

«Le ministère de la Santé poursuivra également la création d’un Observatoire national de la santé, qui aura pour missions d’évaluer l’état de santé de la population, les comportements à risque et la qualité et l’efficience du système de santé, et de proposer au ministre de la Santé les priorités de santé publique visant à l’amélioration de l’état de santé de la population ou du système de santé. Le projet de loi relatif est en cours de procédure. Une attention tout aussi importante sera portée à la mise en place effective d’une Agence nationale des médicaments et des produits de santé. Le projet de loi relatif devrait être présenté encore avant la fin de l’année», a indiqué Étienne Schneider.