POLITIQUE & INSTITUTIONS
INSTITUTIONS

Assurance maladie-maternité

La CNS adopte un budget 2019 moins flamboyant



dsc_0560_preview.jpg

Selon le budget de l’assurance maladie-maternité voté jeudi, l’année 2019 s’annonce plus compliquée pour les comptes de la CNS que les années précédentes. (Photo: Mike Zenari / archives)

Si jusqu’à présent les comptes de la Caisse nationale de santé présentaient «des excédents importants», la donne s’annonce différente dès l’an prochain, selon les prévisions votées mercredi. Le solde devrait s’élever à -10,4 millions en 2019, contre 128,7 en 2018.

Hausse des dépenses d’un côté et baisse des recettes de l’autre. 2019 s’annonce plus compliquée pour les comptes de la CNS que les années précédentes selon le budget de l’assurance maladie-maternité voté mercredi et présenté ce jeudi. Si la situation était jusqu’à présent marquée par «des excédents importants», le conseil d’administration table sur un résultat 2019 négatif.

À savoir un déficit de 10,4 millions d’euros avant «opérations sur réverves», contre un exécédent de 128,7 millions attendus en 2018, 150 millions en 2017 et 181,7 millions en 2016. (Rectificatif: les données 2018, 2017 et 2016 ont été changées, car celles publiées initialement reprenaient celles du budget 2018 et non les données actualisées) L’existence de ce résultat négatif l’an prochain se base sur l’hypothèse du non-versement de la contribution financière de l’État de 20 millions d’euros «dont la continuation n’a pas encore été décidée par le gouvernement», note la CNS.

Hausse attendue de 9,7% des dépenses

L'octroi protentiel de cette enveloppe permettrait alors à la CNS d'enregistrer un solde positif de 9,6 millions d'euros. Ce qui permettrait de ne pas toucher aux réserves financières Ces dernières, pour l’année prochaine, sont estimées à 855,5 millions d’euros, «soit 27,1% des dépenses courantes», précise la CNS.

Pour expliquer la hausse des dépenses estimée à 9,7% l’an prochain, l’établissement public évoque «l’impact de la loi hospitalière entrée en vigueur au 1er avril 2018», «l’effet des mesures d’élargissement de prestations» et «l’impact estimé de la loi sur la prolongation du droit aux indemnités pécuniaires de 52 à 78 semaines».

Pour les perspectives d’ici 2020, la CNS estime toutefois que «la situation financière de l’assurance maladie-maternité restera saine et les réserves resteront importantes», tout en se disant «attentive aux incertitudes» actuelles. Autrement dit, le rythme de la croissance économique, «l’impact à moyen terme de nombreux projets et mesures pour améliorer la prise en charge des assurés» et le vieillissement de la population.