POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Santé

Le tiers payant pour tous les assurés de la CNS



D’ici 2022, la pratique du tiers payant sera étendue à l’ensemble des patients.  (Photo: Shutterstock)

D’ici 2022, la pratique du tiers payant sera étendue à l’ensemble des patients.  (Photo: Shutterstock)

D’ici 2022, les assurés à la CNS bénéficieront tous de la prise en charge financière directe des prestations de santé. Les finances saines de l’assurance maladie-maternité permettent de généraliser le système au tiers payant.

La pratique du tiers payant dans le domaine de la santé sera progressivement généralisée à l’ensemble des assurés à la CNS.

Après la réunion du comité quadripartite du 13 octobre, le ministre de la Sécurité sociale, Romain Schneider , a confirmé qu’il faisait de l’accès des assurés aux prestations de soins de santé une de ses priorités.

La mise en œuvre de cet accès passe par des procédures plus performantes, et donc par une simplification des procédures, la dématérialisation et le recours à des outils informatiques modernes.

Prise en charge généralisée

«Au cœur de ces efforts sont les assurés qui doivent actuellement avancer des montants parfois importants avant de pouvoir être remboursés. C’est pourquoi la prise en charge financière directe des prestations (tiers payant) sera introduite tout en répondant aux nécessités des assurés, des prestataires et de la CNS», a confirmé le ministre qui présidait le comité quadripartite.

L’introduction sera progressive, mais elle devrait être finalisée pour tous les assurés en 2022. Actuellement, seules les personnes aux revenus modestes bénéficient de la pratique du tiers payant.

Dans la foulée de cette réunion, Romain Schneider a également confirmé les bons chiffres de l’assurance maladie-maternité. Pour l’exercice 2019, le résultat opérationnel devrait atteindre 52,6 millions. Un nouveau surplus qui devrait faire passer le solde global cumulé de 869,7 millions d’euros en 2018 (30,2% des dépenses courantes) à 922,3 millions d’euros en 2019 (29,3% des dépenses courantes).