POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

pandémie

La prolongation des mesures Covid votée vendredi



La conservation des données des personnes vaccinées est actuellement étudiée. (Photo: SIP/Emmanuel Claude/archives)

La conservation des données des personnes vaccinées est actuellement étudiée. (Photo: SIP/Emmanuel Claude/archives)

Le nouveau projet de loi prolongeant les actuelles mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 a été examiné en commission de la santé. Il sera voté  vendredi.

Les mesures de lutte contre le Covid-19 resteront inchangées , du moins, certainement pas allégées, jusqu’au 21 février au moins. Ce qui passe par le dépôt d’un projet de loi modifiant les textes actuellement en vigueur.

Les députés de la commission de la santé étaient réunis ce mardi pour en discuter, et poser leurs questions à la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) et à Jean-Claude Schmit , directeur de la Santé. Les principales interrogations ont concerné le traçage des contacts, les motivations à la base des décisions concernant le prolongement des règles actuelles, le port des masques, ou encore l’état actuel des chiffres de cas positifs.

En ce qui concerne le traçage, il a été expliqué que la baisse du nombre de cas positifs permet de recourir à un questionnaire plus détaillé afin de mieux cerner les voies de transmission du virus. Il resterait cependant toujours difficile de savoir exactement où une personne s’est infectée, mais les contacts en milieu familial et en cercle restreint privé semblent toujours être en cause. De plus, la politique ministérielle ne serait pas dictée par des revendications de régions ou de pays voisins, mais se baserait sur des considérations d’ordre épidémiologique.

La conservation des données des personnes vaccinées

Les députés avaient aussi des questions quant à la conservation des données des personnes vaccinées. Les travaux en la matière sont toujours en cours, a indiqué la ministre. Qui a expliqué qu’il était difficile de se renseigner auprès des pays voisins, tant les règles pouvaient varier. Ainsi, la Rhénanie-Palatinat envisage de conserver les données 10 ans. Mais la Belgique pourrait le faire deux ans… au-delà du décès de la personne.

Le Piratepartei a proposé un amendement pour «préciser dans la nouvelle loi que ce ne sont que les données des personnes vaccinées qui seront conservées, pour bien montrer qu’il ne s’agit pas de dresser l’inventaire des personnes qui ne veulent pas se faire vacciner». Mais il n’a pas trouvé de majorité pour être pris en compte.

Le projet de loi sera voté en séance vendredi.