POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

pandémie

La production de masse de vaccins, un enjeu sous-estimé



La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a notamment annoncé un nouveau cadre réglementaire pour accélérer le processus d’approbation de nouveaux vaccins par l’Agence européenne des médicaments. (Photo: UE)

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a notamment annoncé un nouveau cadre réglementaire pour accélérer le processus d’approbation de nouveaux vaccins par l’Agence européenne des médicaments. (Photo: UE)

Alors que la campagne de vaccination européenne patine, Ursula von der Leyen a reconnu devant les députés européens que les difficultés liées à la production de masse de vaccins avaient été sous-estimées. Une taskforce devrait voir le jour pour chercher des solutions – qui paraissent encore lointaines.

«La science a dépassé l’industrie.» C’est en ces termes que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a expliqué, mercredi, aux députés européens – réunis en séance plénière au Parlement – le manque d’efficacité de la campagne de vaccination dans les États membres de l’Union européenne .

«Nous avons sous-estimé la difficulté liée à la production de masse» de vaccins, a ainsi admis Ursula von der Leyen. «À juste titre, nous étions tous très concentrés sur le développement du vaccin», a-t-elle rappelé – ce qui a été une réussite, puisque 10 mois ont été nécessaires pour élaborer un nouveau vaccin, là où cela prend normalement 5 à 10 ans.

Malheureusement, «il n’est simplement pas possible de mettre en place un site de production du jour au lendemain», a-t-elle reconnu. De fait, la production de nouveaux vaccins est un processus «très complexe»: ces vaccins intègrent jusqu’à 400 composants, et leur production implique jusqu’à 100 entreprises.

La création d’une «taskforce» a ainsi été annoncée, avec pour objectif d’accroître la production industrielle des vaccins. Sous l’autorité du commissaire en charge du Marché intérieur, Thierry Breton, elle devrait servir à détecter les problèmes et aider à les résoudre. «L’industrie doit s’adapter au rythme de la science», a insisté Ursula von der Leyen.

Contrer les nouveaux variants

En outre, regrettant l’«erreur» de l’épisode irlandais, alors que l’UE avait menacé de rétablir la frontière au sein de l’Irlande pour contrôler les exportations européennes de vaccins AstraZeneca vers le Royaume-Uni, la présidente de la Commission a malgré tout confirmé la mise en place du mécanisme de transparence et de contrôle des exportations.

Un nouveau projet, nommé «Hera», devrait aussi voir le jour pour mieux contrer l’arrivée des nouveaux variants: un meilleur séquençage du virus, l’acquisition de produits-clés pour produire davantage de vaccins à ARN messager, et une meilleure coopération entre les secteurs privé et public devraient permettre de s’adapter plus rapidement à ce nouveau danger.