POLITIQUE & INSTITUTIONS — Education

Un programme à 7 millions d’euros

Premier master en HPC l’an prochain à l’Uni



Avec la mise en service des HPC européens, comme Meluxina, le monde du travail va avoir besoin de professionnels hautement qualifiés.  (Photo: Maison Moderne/archives)

Avec la mise en service des HPC européens, comme Meluxina, le monde du travail va avoir besoin de professionnels hautement qualifiés.  (Photo: Maison Moderne/archives)

L’Université du Luxembourg accueillera l’an prochain le premier master en «high performance computing». Une pièce essentielle dans la stratégie digitale. 

«Les membres du consortium sont fiers et ravis d’avoir été choisis pour développer ce programme pilote de master. Nous allons maintenant travailler avec beaucoup d’engagement et d’énergie pour mettre en œuvre notre proposition qui vise à offrir les premiers cours en septembre 2022 et à apporter une valeur ajoutée à la société et aux étudiants. Il s’agit d’un investissement stratégique qui soutiendra le développement d’un écosystème HPC de classe mondiale en Europe», s’est félicité le professeur d’informatique et responsable de l’infrastructure HPC à l’Université du Luxembourg Pascal Bouvry.

Avec un budget total de 7 millions d’euros, indique le communiqué de presse, le consortium d’universités européennes, de centres de recherche et de calcul intensif et de partenaires industriels développera un programme d’enseignement supérieur dont les principaux objectifs sont:

– former les étudiants dans des domaines tels que la conception, le déploiement, l’exploitation et/ou l’utilisation des technologies HPC et HPC de génération actuelle et future en Europe;

– former des experts qualifiés pour favoriser l’adoption du HPC et le transfert de connaissances dans l’industrie et le milieu universitaire dans différents domaines stratégiques.

Si les programmes de formation existent, aucun ne répondait jusqu’ici aux besoins spécifiques de cette industrie en plein devenir. Les artisans de ce master ont indiqué que le programme sera modulaire pour permettre d’en ajouter certaines parties à des programmes existants.

«Garantir la disponibilité d’une main-d’œuvre hautement qualifiée pour faire fonctionner, utiliser et développer davantage ces machines et leurs applications est peut-être l’investissement le plus durable dans le CHP. Je suis ravi que nous puissions commencer à travailler avec l’Université du Luxembourg, ainsi qu’avec ce consortium de partenaires européens, pour développer les compétences HPC en Europe», a commenté le directeur exécutif de l’entreprise commune EuroHPC, Anders Dam Jensen.